Des comptes jugés pessimistes mais acceptés

Des comptes dans le rouge acceptés à l’unanimité. Jeudi soir, les conseillers de ville de Porrentruy ...
Des comptes jugés pessimistes mais acceptés

Les comptes 2017 de Porrentruy ont été approuvés jeudi soir par les conseillers de ville, certains ont estimé que ceux-ci faisaient preuve d’excès de prudence

Hôtel de ville de Porrentruy

Des comptes dans le rouge acceptés à l’unanimité. Jeudi soir, les conseillers de ville de Porrentruy ont approuvé les résultats 2017 qui bouclent sur une perte de 215'000 francs, alors que les précédentes années ceux-ci présentaient un bénéfice. Les principales raisons évoquées par le conseiller municipal en charge des finances sont la diminution des rentrées fiscales notamment dues à la fin de l’amnistie fiscale et à une période de crise et de franc fort pour les entreprises bruntrutaines. Toutefois certains conseillers de ville ont relevé le pessimisme des comptes.

Le PCSI s’est étonné de l’apparition d’une provision de 300'000 francs pour les soldes de vacances et d’heures supplémentaires du personnel. C’est une nouvelle écriture en lien avec l’arrivée prochaine de nouvelles réglementations en matière de comptabilité. Cette somme représente un cumul d’heures impayées depuis plusieurs années. La seconde recapitalisation de la Caisse de pension, à hauteur de 337'000 francs, a aussi surpris le Parti chrétien social indépendant. Selon Pierre-Olivier Cattin, il n’était pas opportun de présenter un résultat déficitaire pour Porrentruy à la veille de la votation sur la patinoire. Question de transparence a répondu le conseiller municipal en charge des finances. Quant au PS, il s’est inquiété de la baisse des investissements. Manuel Godinat a rétorqué que la rénovation de l’Inter avait fait grimper ce montant auparavant, alors que les services municipaux n’ont pas les capacités humaines pour gérer au-delà de 7 millions de francs par année. Le parti socialiste enjoint le département des finances à mettre aussi en avant les aspects positifs dans son rapport.

 

Des ordinateurs et des jeux de mots

Le crédit-cadre de 150'000 francs pour le renouvellement des infrastructures informatiques à l’école primaire a été accepté. Tout comme le postulat pour un abri à l’école Juventuti. Par contre, la motion pour augmenter le nombre de cartes journalières est passée à la trappe, alors que celle sur le retrait de la borne informatique devant l’Hôtel de ville a été retirée, puisque l’écran a été ôté entretemps. Enfin, le Conseil de ville a pris acte de la démission de Victor Egger du groupe PS Les Verts, pour cause de déménagement. Avant de quitter l’hémicycle, l’élu s’est offert une dernière prise de parole très humoristique qui a largement contribué à la bonne ambiance de cette longue séance. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus