Départ du Swatch Group de Baselworld. Et si c’était du bluff ?

Le retrait du groupe Swatch de Baselworld n’a rien de définitif. C’est du moins l’avis de Grégory ...
Départ du Swatch Group de Baselworld. Et si c’était du bluff ?

Le retrait du groupe Swatch de Baselworld n’a rien de définitif. C’est du moins l’avis de Grégory Pons, éditeur du site Business Montres spécialisé dans l’horlogerie

Nick Hayek, président de la Direction générale Swatch Group Nick Hayek, président de la Direction générale Swatch Group

L’annonce faite par Nick Hayek dans la presse dominicale a fait l’effet d’une bombe dans le milieu de l’horlogerie. Le patron du groupe horloger biennois a indiqué que ses 18 marques ne participeraient plus au salon bâlois dès l’an prochain. Or, pour Grégory Pons, éditeur du site Business Montres spécialisé dans l’horlogerie, la décision de Nick Hayek n’aurait pas encore été prise.

Michel Loris-Melikoff, le nouveau directeur de Basel World a déclaré ce lundi dans le quotidien Le Temps qu’il allait s’efforcer de faire revenir le groupe horloger. Il s’agit là d’un signe pour Grégory Pons que la négociation entre les deux parties est toujours en cours.

De l’avis de cet observateur, le salon horloger ne serait pas devenu totalement obsolète, bien qu’il pense qu’un nouveau concept soit nécessaire. Selon Grégory Pons, Nick Hayek cherche avant tout à économiser de l’argent. « Les marques du Swatch Group ont besoin de la foire de Bâle et réciproquement », conclu-t-il. /anl


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus