Les Verts jurassiens se lancent seuls aux élections fédérales

Ils présentent deux listes pour le Conseil national et le Conseil des États, en se réservant ...
Les Verts jurassiens se lancent seuls aux élections fédérales

Ils présentent deux listes pour le Conseil national et le Conseil des États, en se réservant la possibilité de s’apparenter avec d’autres partis

Les Verts jurassiens espèrent conquérir le Palais fédéral. Les Verts jurassiens espèrent conquérir le Palais fédéral.

Les Verts jurassiens sortent du bois. Ils ont décidé de se lancer dans la course aux élections fédérales qui auront lieu à l’automne 2019. Le parti écologiste est le premier du canton à se manifester officiellement. Il entend présenter des candidats au Conseil des Etats et au Conseil national. Aucun nom n’est encore connu, puisque Les Verts jurassiens procéderont à une désignation lors d’une prochaine assemblée. Mais comme en 2015, ils se dirigent vers un cavalier seul et ne veulent pas de listes d’alliance. Ce seront deux listes 100% vertes. « Si vous faites une alliance vous devez vous entendre sur le programme. Et on n’est pas forcément d’accord avec tout le programme du parti socialiste par exemple, s’il ne faut en citer qu’un. On pense que l’on peut avoir de petites chances », avance le porte-parole des Verts jurassiens Jean-Marc Comment.


« L’alliance, on la discutera plus tard »

Mais ils se réservent aussi la possibilité de s’apparenter avec d’autres partis après constitution de leur liste. Avec le PS par exemple, ou d’autres. Pourtant les questions climatiques, chères aux Verts, ont actuellement le vent en poupe. N’était-ce pas justement le moment de nouer une solide alliance pour tenter de frapper un grand coup ? « C’est possible... Mais l'alliance, on la discutera plus tard. La présentation de deux listes, c’est vraiment pour affirmer la présence des Verts jurassiens dans cette campagne, et même des Verts au niveau Suisse. On a une politique particulière à défendre, comme la protection du climat ou le problème des migrations. On est quand même un parti différent », ajoute Jean-Marc Comment. Les candidats ne seront connus qu’à l’issue de leur assemblée générale du 9 mars prochain. La stratégie d’éventuels apparentements devrait, elle, au moins être affinée d’ici trois mois. /jpi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus