La grève pour le climat envahit le Lycée cantonal

Des étudiants « occuperont » ce vendredi leur lycée à Porrentruy en soutien à la grève mondiale ...
La grève pour le climat envahit le Lycée cantonal

Des étudiants « occuperont » ce vendredi leur lycée à Porrentruy en soutien à la grève mondiale pour le climat… le même jour que la journée des portes ouvertes de l’établissement

Manifestation pour le climat et journée portes ouvertes se mêleront ce vendredi au Lycée cantonal de Porrentruy. Manifestation pour le climat et journée portes ouvertes se mêleront ce vendredi au Lycée cantonal de Porrentruy.

Imaginez le tableau. Des parents de futurs lycéens qui viennent voir comment se passe une journée de cours et qui tombent au beau milieu d’une grève. Pas terrible, à première vue, pour l’image de l’institution. Pourtant l’idée n’est pas de perturber ou de faire le buzz assure Léna Beyeler, lycéenne et porte-parole du mouvement. « Absolument pas. Cette journée de la grève de la terre est internationale et donc prévue depuis longtemps. Les portes ouvertes tombent en même temps et ce n'était pas du tout prévu et ce n’était pas dans les habitudes du lycée de les organiser en cette période. » Sauf que les portes ouvertes faisaient, selon la direction, partie des informations communiquées en début d’année scolaire. De plus, les lycéens grévistes n’ont informé le directeur de leur projet qu’en début de semaine.

Léna Beyeler : « Montrer une autre image de la grève »

« Les élèves sont effectivement venus un peu tardivement demander l’autorisation de manifester à l’intérieur de l’école. Cela aurait été plus simple de le savoir plus tôt. Mais on a trouvé de bonnes solutions », commente le directeur adjoint du Lycée cantonal, Olivier Dubail. La direction a, en effet, répondu favorablement à la demande des lycéens. S’ils se déclarent grévistes pour le climat, cette absence ne sera pas sanctionnée. Ils pourront tenir un stand d’information, mais aussi participer à des « cours alternatifs » sur l’urgence climatique en collaboration avec des enseignants qui ont rejoint le mouvement. « Ce sera interactif et constructif, on veut justement montrer une autre image de la grève. Certains disent que les étudiants font grève uniquement pour sécher les cours. On veut démontrer le contraire et montrer que nous avons un réel intérêt pour notre avenir », avance Léna Beyeler qui reconnaît que le timing de l’annonce était malheureux.

Yannis Babey, enseignant, a répondu très favorablement à la demande des élèves

La direction de l’établissement, elle, ne nourrit aucune crainte quant à l’image de l’institution face à des parents de futurs lycéens qui viendraient à cette journée portes ouvertes. « Pas du tout, on espère bien que nos élèves ne sont pas simplement des apprenants de la matière, mais aussi des responsables de la société de demain. La cause de l’environnement est tout à fait louable. On est très content d’avoir des élèves qui s’engagent dans ce domaine. Ils sont impliqués de manière importante, ce n’est pas un prétexte », salue Olivier Dubail. Tout est donc bien qui finit bien, pour le moment. En résumé, un modèle de consensus à la Suisse. /jpi

Olivier Dubail ne craint pas pour l'image de l'institution


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus