Autorités de Moutier et Préfecture : la carte de l’apaisement

Le Conseil de ville a transformé en postulat une motion de l’Entente jurassienne qui demandait ...
Autorités de Moutier et Préfecture : la carte de l’apaisement

Le Conseil de ville a transformé en postulat une motion de l’Entente jurassienne qui demandait la récusation de la Préfète dans le dossier d’appartenance cantonale. Au final, le Conseil municipal parlera de communication avec le Conseil-exécutif

La campagne en vue du vote du 28 mars 2021 sur l'appartenance cantonale de Moutier a été lancée au Conseil de ville ce lundi. La séance n'a toutefois pas fait de vagues. La campagne en vue du vote du 28 mars 2021 sur l'appartenance cantonale de Moutier a été lancée au Conseil de ville ce lundi. La séance n'a toutefois pas fait de vagues.

Le Conseil de ville de Moutier choisit le dialogue et l’apaisement plutôt que la confrontation face à la Préfecture du Jura bernois. Réunis lundi soir, les élus prévôtois ont transformé en postulat (25 voix contre 4 et 11 abstentions) une motion urgente des partis de l’Entente jurassienne, qui enjoignait le Conseil municipal de déposer une demande de récusation de la Préfète dans le dossier d’appartenance cantonale de la cité. Pour rappel, les autonomistes avaient tiré à boulets rouges sur la communication jugée hostile de Stéphanie Niederhauser envers les autorités de Moutier. Ils ont estimé que « la Préfète ne répond plus aux exigences d’objectivité et d’impartialité incombant à sa fonction dans le processus d’autodétermination de la ville ». Au final, la majorité a suivi la proposition du Conseil municipal en transformant le texte en postulat. Dans les faits, l’exécutif communal a reçu « le mandat de prendre langue avec le Conseil-exécutif pour aborder la question de la communication inappropriée de la Préfecture du Jura bernois ». De quoi faire baisser la tension d’un cran.

Pour le porte-parole de l’Entente jurassienne, Julien Berthold, cette décision visant le dialogue et l’apaisement n’est en aucun cas une rétractation :

« Nous voulons privilégier le processus qui est en cours »

Toujours au chapitre de l’appartenance cantonale de Moutier, les partis ont lancé leurs premières banderilles lors des déclarations de groupe au Conseil de ville. Pour l’Entente jurassienne, Julien Berthold a tenu à rappeler « qu’il n’existe aucun problème avec le registre électoral et que le vote pourra se dérouler dans de parfaites conditions. (…). Nous avons plus que jamais les arguments de notre côté. (…). Espérons seulement que les esprits chagrins et revanchards sauront enfin respecter le verdict populaire et s’abstiendront de se livrer, à nouveau, à une surenchère de recours fallacieux et infondés ».

De son côté, le groupe anti-séparatiste « Ensemble Prévôtois » est revenu sur des propos tenus par le directeur de « Moutier Ville Jurassienne », qui a déclaré qu’il y a « environ 500 à 1'000 personnes à revoir ou à voir, qui viennent d’avoir leur majorité civique ou qui sont arrivées récemment à Moutier. Ces personnes sont influençables ». Le porte-parole André Piguet se demande d’où le directeur de campagne de MVJ tient une telle liste de personnes et quels moyens seront utilisés pour les « influencer » ? Et d’ajouter : « Nous voulons que la population de Moutier puisse donner son avis librement sur son avenir. Nous ne voulons pas des méthodes de « Moutier Ville Jurassienne » et de ses listes de « personnes influençables ». »

Outre le dossier institutionnel, le Conseil de ville a encore approuvé à l’unanimité le rapport du Conseil municipal relatif au Règlement de soutien financier communal destiné au traitement dentaire des ménages aux revenus et fortune modestes. Il a aussi approuvé et classé – à une majorité évidente – une motion interne du PSA Patrizio Robbiani qui demandait qu’une étude de faisabilité soit menée pour l’installation d’un système de vote électronique pour les séances du législatif prévôtois. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus