Victoire judiciaire de Swatch

Le groupe biennois a décroché une victoire judiciaire face à Lewis Hamilton. Le pilote de F1 ...
Victoire judiciaire de Swatch

Le groupe biennois a décroché une victoire judiciaire face à Lewis Hamilton. Le pilote de F1 s’était opposé à l’enregistrement de la marque de montres « Hamilton International »

Opposé à Swatch sur l'utilisation de son patronyme par une marque plus que centenaire, Lewis Hamilton prête son image à la marque IWC du concurrent Richemont. (Photo : archives KEYSTONE / Samuel Truempy). Opposé à Swatch sur l'utilisation de son patronyme par une marque plus que centenaire, Lewis Hamilton prête son image à la marque IWC du concurrent Richemont. (Photo : archives KEYSTONE / Samuel Truempy).

Le groupe horloger Swatch a remporté une victoire judiciaire dans le cadre d'une dispute l'opposant au pilote de Formule 1 Lewis Hamilton. Ce dernier s'était opposé en novembre 2017 à l'enregistrement en Europe de la marque « Hamilton International », dont les montres ont été portées notamment par Elvis Presley et Marlene Dietrich.

Dans son arrêt, l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (Euipo) a rejeté les prétentions de la société 44IP - en référence au numéro du désormais septuple champion du monde - arguant que la marque contestée consiste en un seul mot, « Hamilton », et non « Lewis Hamilton ».

L'Euipo a en outre souligné que la marque horlogère - fondée aux Etats-Unis en 1892 et qui fait partie du groupe Swatch depuis 1974 - vend des garde-temps à son nom depuis bien avant la naissance du coureur automobile, et que le propriétaire de la marque en Europe n'a pas fait preuve de « mauvaise foi », dans la mesure où il a démontré une « activité économique significative dans le domaine horloger depuis 1892 ».

Sollicité lundi par AWP, le groupe horloger biennois a indiqué n'avoir « aucun commentaire à apporter à ce propos ».

L'Euipo - qui s'est également fendu d'un « no comment » - a condamné 44IP à verser à la partie adverse la somme de 1000 euros pour les frais d'appel et d'annulation.

Le coureur britannique est lui-même partenaire d'une autre marque horlogère helvétique, IWC. Egalement contactée, la manufacture schaffhousoise, propriété du groupe genevois Richemont, n'était pas disponible pour une prise de position. /ATS-gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus