L’avenir du Parc du Doubs remis en cause ?

Plusieurs maires francs-montagnards ont émis des critiques à l’égard de l’institution lors ...
L’avenir du Parc du Doubs remis en cause ?

Plusieurs maires francs-montagnards ont émis des critiques à l’égard de l’institution lors d’une séance du Syndicat des communes. Le directeur du Parc du Doubs, Régis Borruat, se défend

Des questions se posent autour du renouvellement de la charte du Parc du Doubs. (Photo : PNRD). Des questions se posent autour du renouvellement de la charte du Parc du Doubs. (Photo : PNRD).

Le Parc du Doubs est-il en danger ? La question se pose après la dernière assemblée du Syndicat des communes des Franches-Montagnes. Lors de cette séance qui s’est tenue la semaine passée, plusieurs maires ont critiqué l’institution alors que la charte qui fixe ses objectifs doit être renouvelée l’an prochain. Les différentes communes membres seront appelées à se prononcer pour la période 2023-2033.


Des critiques, mais aussi des éloges

Certains maires taignons se sont montrés réticents par rapport au renouvellement de ce texte. Plusieurs critiques ont été émises, principalement de la part des trois communes franc-montagnardes qui ne sont pas membres du Parc du Doubs. Soubey, Muriaux et Le Bémont ne voient pas de grand intérêt à adhérer à la nouvelle charte. De son côté, le maire des Breuleux a tenu des propos virulents. Renaud Baume a estimé que le Parc du Doubs n’apportait rien de concret à son village.

En contactant les communes après coup, une critique revient régulièrement : le manque de projets concrets, mais aussi de communication. Certains conseillers communaux reconnaissent toutefois une part de responsabilité. Par manque de temps ou d’intérêt, ils n’ont pas ou peu proposé de projets aux responsables du parc. Vu la situation géographique de leur commune, les représentants des Genevez et de Lajoux se sentent peu concernés. Pourtant, tous deux voient un intérêt à rester dans le parc.

À l’inverse, d’autres communes sont élogieuses. À Montfaucon, aux Enfers et à La Chaux-des-Breuleux, on estime que le parc est utile. Les autorités entretiennent de bons contacts avec les responsables de l’institution et elles ont vu plusieurs projets se réaliser, notamment la construction de murs en pierres sèches.

Au final, la majorité des communes souhaitent rester membres du Parc du Doubs, mais plusieurs n’y voient d’utilité que si leurs voisines en sont aussi. Les responsables du Parc du Doubs seront invités à participer à une prochaine assemblée du Syndicat des communes des Franches-Montagnes pour répondre aux questions des maires.


Les communes intégrées au processus de renouvellement

Le directeur du Parc du Doubs estime, de son côté, qu’il y a une certaine méconnaissance des actions menées par l’institution. Malgré des rencontres organisées avec tous les conseils communaux l’an dernier, Régis Borruat souligne que le Parc du Doubs doit encore faire des efforts pour mieux se faire connaître. Selon le responsable, les réticences de certains maires sont légitimes. « On aimerait toujours pouvoir faire davantage en faveur des communes », a-t-il indiqué à notre micro.

Régis Borruat rappelle toutefois que le Parc du Doubs a pu réaliser de nombreux projets depuis 2013. Par ailleurs, le processus de renouvellement de la charte n’en est qu’à ses débuts. « Il est prévu de discuter avec tous les acteurs et partenaires, y compris les communes qui sont les membres les plus importants », souligne le directeur de l’institution. Selon lui, les différentes localités pourront faire des propositions concernant les futurs objectifs du Parc du Doubs. /nbe-alr

Régis Borruat : « On voit qu’il manque encore un peu d’information »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus