Le cheval franches-montagnes brossé sous tous les angles

Le dernier film de Claude Schauli fait le portrait de la race et des gens qui la font vivre ...
Le cheval franches-montagnes brossé sous tous les angles

Le dernier film de Claude Schauli fait le portrait de la race et des gens qui la font vivre. Le documentaire a été présenté en avant-première au Noirmont et sortira en salle à la fin du mois

Lucia et Romain Vuillaume du Peuchapatte font partie des éleveurs qui ont accueilli le réalisateur dans leur quotidien. (crédit photo : Claude Schauli, Manisanda productions) Lucia et Romain Vuillaume du Peuchapatte font partie des éleveurs qui ont accueilli le réalisateur dans leur quotidien. (crédit photo : Claude Schauli, Manisanda productions)

C’est un nouveau chapitre de l’histoire jurassienne racontée par Claude Schauli. Le réalisateur a présenté mardi soir au Noirmont son dernier documentaire intitulé « Le CHeval de chez nous », le cinquième long métrage de ses « Chroniques jurassiennes », après entre autres, « Les quatre saisons du petit train rouge » et « L’homme et la forêt ».

Dans ce nouveau film, qui sortira en salle le 27 octobre, le Genevois dresse le portrait du franches-montagnes et de ces femmes et hommes de cheval qui l’élèvent, le débourrent ou l’utilisent en compétition. Des gens humbles, souvent discrets, mais qui s’ouvrent face à la caméra, souvent avec beaucoup d’émotion.

Claude Schauli : « c’est un miroir de ce qu’ils sont (…) des gens authentiques, sincères et passionnés »

Tous les éleveurs qui témoignent dans le film étaient présents lors de la séance de mardi. Beaucoup étaient émus de voir leur vie et leur passion racontée à l’écran. « Claude Schauli est quelqu’un en qui on a confiance, nous a dit l’un d’eux. Il a parfaitement su retranscrire notre métier ».

Romain et Lucia Vuillaume : « C’est du réel, c’est bien de le transmettre »

Ce documentaire fera bien sûr le bonheur des professionnels, mais il ne faut pas non plus sous-estimer l’attrait que le franches-montagnes a pour le grand public. Le président du Marché-Concours, Gérard Queloz rappelle que chaque année, des milliers de personnes regardent les vidéos que la manifestation publie. Cette sortie est aussi une bonne carte à jouer pour la branche. « Le CHeval de chez nous » deviendra probablement une archive d’importance sur la race, et une vitrine pour le monde des éleveurs, loin des clichés et de la carte postale. /vja

Pauline Queloz, gérante de la Fédération suisse du franches-montagne : « Dans le Jura, les gens connaissent relativement bien le cheval, mais [ce film] pourra faire rayonner la race partout en Suisse »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus