Elections cantonales bernoises : la participation peine à décoller

A quelques jours des élections cantonales bernoises, le baromètre électoral mis en place par ...
Elections cantonales bernoises : la participation peine à décoller

A quelques jours des élections cantonales bernoises, le baromètre électoral mis en place par Jura bernois.Bienne affiche une faible participation. Explications et pistes d’amélioration

A Perrefitte, le score du baromètre électoral est affiché à l'entrée de la commune. A Perrefitte, le score du baromètre électoral est affiché à l'entrée de la commune.

Les électeurs de la région ne se bousculent pas au portillon. Alors que les élections cantonales bernoises se tiennent ce dimanche, le baromètre électoral mis en place par Jura bernois.Bienne fait pour le moment état d’une faible participation. Une trentaine de communes volontaires publie en ligne et en temps réel les chiffres de la participation avec pour objectif de motiver la population à voter. Lundi après-midi, la participation atteignait par exemple 7,2% à Bienne et St-Imier, 9,2% à Valbirse. Pour Jura bernois.bienne, la participation va encore fortement augmenter d’ici ce dimanche. 

André Rothenbühler, directeur de Jura bernois.Bienne : « On a lancé ce baromètre pour les élections fédérales de 2023 »

Plusieurs actions à Valbirse

La commune de Valbirse propose plusieurs pistes, additionnelles au baromètre, pour encourager ses citoyens à voter. La présence sur les réseaux sociaux et l’investissement dans des publicités en ciblant particulièrement les jeunes sont notamment relevés par Michael Bassin, secrétaire adjoint à Valbirse. « L’addition de ces petites mesures pourra faire augmenter le taux de participation », explique-t-il.

Michael Bassin, secrétaire adjoint à Valbirse : « La population pourrait être mieux mise au courant »

L’analyse du politologue

Pour Marc Bühlmann, politologue à l’Université de Berne, cette faible participation n’est pas étonnante. « Plein de monde n’a encore jamais vu ce baromètre », explique-t-il. « Le taux de participation sera faible, de 25 à 30% », annonce-t-il. « Ce qui est bien c’est qu’on crée une discussion où les gens voient que ce serait une bonne chose de participer », souligne encore Marc Bühlmann. /mmi

Marc Bühlmann, politologue à l’Université de Berne : « Un baromètre comme ça ne fonctionne pas encore pour mobiliser des masses »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus