Pour des indemnités équilibrées pour les athlètes suisses

Elisabeth Baume-Schneider a récemment fait passer au Conseil des Etats un postulat qui demande ...
Pour des indemnités équilibrées pour les athlètes suisses

Elisabeth Baume-Schneider a récemment fait passer au Conseil des Etats un postulat qui demande un rapport sur le financement des athlètes suisses qui participent à des manifestations sportives d’envergure

Elisabeth Baume-Schneider a fait passer un postulat concernant les indemnités  versées aux athlètes suisses. (Photo : KEYSTONE/Alessandro della Valle). Elisabeth Baume-Schneider a fait passer un postulat concernant les indemnités versées aux athlètes suisses. (Photo : KEYSTONE/Alessandro della Valle).

Participer à des Jeux olympiques ou à des Championnats du monde, cela représente un budget. Les indemnités versées aux athlètes suisses ne sont pas toujours équilibrées. C’est l’avis de la conseillère aux États jurassienne Elisabeth Baume-Schneider, dont un postulat sur ce sujet a été accepté par la chambre des cantons. La socialiste y demandait un rapport sur les différentes formes de soutien apportées aux sportives et sportifs d’élite suisses lors de manifestations d’envergure : « J’aimerais mieux comprendre les flux financiers entre Swiss Olympic et les fédérations », note Elisabeth Baume-Schneider. Cette dernière relève également que pour bon nombre d’athlètes, une participation à des Jeux olympiques ou à des Championnats du monde se traduit par un budget déséquilibré et des difficultés financières, voire même souvent par un endettement, ce qui représente une sorte de sélection socio-économique des talents, estime la députée jurassienne.

Elisabeth Baume-Schneider explique ce qu’elle attend du rapport demandé

Le Conseil fédéral proposait, lui, de rejeter le postulat, jugeant que la question du financement des athlètes relève du secteur privé. Elisabeth Baume-Schneider estime qu’il est « délicat de dire que si un sportif participe aux Jeux olympiques, c’est uniquement du financement privé qui doit prendre en considération les frais ».

Elisabeth Baume-Schneider : « Ça doit être des financements croisés, tout ne doit pas être de l’argent public. »

Sarah Forster salue le postulat d’Elisabeth Baume-Schneider


De son côté, la joueuse de hockey sur glace Sarah Forster estime qu’il existe certaines injustices parmi plusieurs fédérations qui osent enfin dire quelque chose. La Jurassienne, qui évolue dans le championnat suédois, note que des changements sont en train de se produire : « des choses changent en positif, notamment pour le sport féminin en général. C’est très important pour les futures générations ». Sarah Forster espère qu’il y aura encore gentiment des changements au niveau des indemnités. Elle trouve que le postulat d’Elisabeth Baume-Schneider est une très bonne initiative pour le sport en général. La Jurassienne espère qu’il va ouvrir les yeux sur la réalité et fera avancer les choses.

Sarah Forster : « Par rapport aux autres fédérations, on est clairement en-dessous en termes d’indemnités et de matériel. »

Pour son année olympique, la joueuse de hockey sur glace a mené une campagne d’aide. La Jurassienne a confié avoir reçu beaucoup de soutien des entreprises et des privés pour sa 3e participation à des Jeux olympiques.

Prête à aller plus loin

Si le rapport montre des inégalités ou soulève des incompréhensions dans les flux financiers, Elisabeth Baume-Schneider se dit prête à aller plus loin : « ce sera pertinent et utile d’intervenir si le rapport montre que des sportives et sportifs doivent se débrouiller avec l’argent privé et qu’il n’y a pas d’autres réponses possibles. On verra s’il y a lieu d’agir ou pas ». Pour l’heure, la conseillère aux Etats jurassienne mentionne que le but est déjà d’obtenir les éléments documentés. /lad-ech


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus