« La p’tite phrase » - Po l’aimoé di djâsaidge

Les centaines d’amoureux du patois réunis à Porrentruy étaient pour la plupart incapables de ...
« La p’tite phrase » - Po l’aimoé di djâsaidge

Les centaines d’amoureux du patois réunis à Porrentruy étaient pour la plupart incapables de se comprendre dans leur dialecte respectif, mais parlaient pourtant tous le même langage selon Cyprien Lovis

La chorale fribourgeoise Intré No Sarine a animé la messe en patois dimanche à Porrentruy. (photo : Georges Henz) La chorale fribourgeoise Intré No Sarine a animé la messe en patois dimanche à Porrentruy. (photo : Georges Henz)

- Nos grands-parents le parlent encore, mais on ne nous l’a pas appris.

- C’est dommage ?

- Oui, quand même.

L’avenir du patois est fragile, mais le parler ancestral n’est pas mort. La Fête romande et internationale des patoisants a permis de s’en rendre compte le week-end dernier à Porrentruy. Dans le cadre de La p’tite phrase (mardi 8h20 sur RFJ), Cyprien Lovis avance plusieurs arguments qui démontrent que l’intérêt existe et qu’il est possible, avec de l’imagination, de faire perturber ci bé laingaidge.

« Tous chantent l’amour pour leur câre de tiere. »


Actualités suivantes

Articles les plus lus