Lumière sur les archives conservées par la population jurassienne

Le recensement du patrimoine audiovisuel lancé en septembre 2022 par les Archives cantonales ...
Lumière sur les archives conservées par la population jurassienne

Le recensement du patrimoine audiovisuel lancé en septembre 2022 par les Archives cantonales a débouché sur un rapport désormais consultable en ligne

Un rapport sur le patrimoine audiovisuel des Archives cantonales est désormais disponible en ligne. (Photo : Archives cantonales jurassiennes (ArCJ), Fonds Roland Béguelin, 97 J RB 213) Un rapport sur le patrimoine audiovisuel des Archives cantonales est désormais disponible en ligne. (Photo : Archives cantonales jurassiennes (ArCJ), Fonds Roland Béguelin, 97 J RB 213)

Les Archives cantonales lançaient, voici un peu plus d’une année, un appel aux institutions et aux particuliers qui possèdent des archives audiovisuelles. Le questionnaire a donné naissance à un rapport, publié ce jeudi, qui éclaire sur ce que conservent la population jurassienne et les institutions.

Vie quotidienne et lutte pour l’indépendance

La plupart des documents archivés par les privés s’attachent à la vie quotidienne, à l’environnement proche. Mais une partie du patrimoine mis au jour porte également sur la lutte pour l’indépendance et l’entrée en souveraineté du canton du Jura. Si environ 2 millions de photographies ont été recensées, de l’aveu de l’archiviste cantonal, c’est surtout le nombre de films autour de la Question jurassienne qui surprend : « Il y a eu beaucoup d’efforts dans ce sens-là faits par les Jurassiens, par intérêt pour ce mode de conservation de leur vie. On ne pensait pas qu’il y aurait autant de Super 8, par exemple », détaille Antoine Glaenzer.

La question de la mise en valeur de ces archives est encore pendante. « On sait à peu près où se trouvent des fonds importants, ce qui est déjà un très bon résultat », explique l’archiviste. Il précise que les privés peuvent être aidés par les institutions pour la conservation de ces documents. Mais la problématique de la cession des droits – étape nécessaire pour que les Archives cantonales puissent numériser et mettre en valeur un fonds – n’est pas encore évidente pour tout le monde. Reste que certaines de ces archives, en particulier des photos, seront utilisées en 2024 dans le cadre des festivités du 50e anniversaire du vote d’indépendance.

Antoine Glaenzer: « Les institutions sont là pour les aider »

Antoine Glaenzer précise que les fonds recensés ne constituent sans aucun doute que la pointe de l’iceberg. Toute personne intéressée à partager ses archives personnelles peut prendre contact avec les archives cantonales par courrier électronique. /lad


Actualisé le

 

Actualités suivantes