Vers une passerelle provisoire à Morépont

Une solution provisoire devrait être mise en place pour la passerelle de Morépont. Le Conseil ...
Vers une passerelle provisoire à Morépont

Conseil de ville Delémont Le Conseil de ville Delémont s'est prononcé pour la réalisation d'une passerelle provisoire à Morépont.

Une solution provisoire devrait être mise en place pour la passerelle de Morépont. Le Conseil de ville de Delémont a accepté lundi soir, sans avis contraire, une motion en ce sens de Julien Crevoisier. L’élu radical demandait au Conseil communal de remplacer de manière transitoire la passerelle en question avant la construction d'une nouvelle structure prévue à l’horizon 2020-2022 dans le cadre de « Delémont marée basse ». La passerelle est fermée depuis le mois de novembre pour des questions de vétusté et de sécurité. La motion a donc été adoptée mais avec un délai supplémentaire de 1 à 2 mois pour son application. L’armée suisse a donné son accord de principe pour construire une passerelle provisoire. Le laps de temps supplémentaire lui permettra ainsi de proposer un projet concret à la commune. Le calendrier de réalisation ainsi que les coûts ne sont pas encore connus.

Le Conseil de ville de Delémont a, par ailleurs, rejeté lundi soir par 18 voix contre 4 un postulat de l’UDC Dominique Baettig. Le texte souhaitait que la commune évalue la possibilité de créer un espace de jeu dans une friche urbaine ou une entreprise désaffectée.

L’avenir de la Cantine en question

Le Conseil de ville également a traité lundi soir une interpellation du CS-POP-Verts Camille Rebetez, à propos de la Cantine de l’usine des Rondez. L’élu demandait au à la commune d’apporter un soutien moral à la structure qui s’est transformée en espace socioculturel et artisanal autogéré depuis bientôt un an. La situation entre le locataire – l’association « La Cantine » – et le propriétaire – l’entreprise Von Roll – n’est pas claire à l’heure actuelle. Camille Rebetez a indiqué qu’un bail avait été signé jusqu’en 2034. Il a précisé que Von Roll avait récemment décidé de rompre le contrat pour en proposer un nouveau avec un délai plus court, ce que la Cantine refuse. Parallèlement, un changement d’affectation pour exploiter l’espace doit être demandé par le propriétaire, soit Von Roll, ce qui n’a pas encore été fait. Les discussions entre les deux parties ne sont pas rompues pour autant et une séance de conciliation doit se tenir prochainement. Le Conseil communal, par la voix Patrick Chapuis, a accepté de soutenir moralement la Cantine. L’élu en charge de la culture a toutefois souligné que la municipalité avait besoin de statuer sur le changement d’affectation. Même s’il s’agit d’une affaire privée, la commune se dit, enfin, prête à jouer le rôle de médiateur, au besoin. /fco

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus