Temps de travail en question à la Maison de l’Enfance

Un différend oppose une partie des employés de Maison de l’Enfance à la ville de Delémont. ...
Temps de travail en question à la Maison de l’Enfance

La question du temps de travail en lien avec l’application de la grille salariale cantonale pose problème à la Maison de l’Enfance à Delémont

Conseil de ville Delémont Le Conseil de ville Delémont a été informé lundi soir du hiatus qui oppose une partie des employés de la Maison de l'Enfance à la commune.

Un différend oppose une partie des employés de Maison de l’Enfance à la ville de Delémont. Le sujet a été évoqué lundi soir à l’heure des questions orales lors de la séance du Conseil de ville. Il a été soulevé par l’élu PCSI Jean-Paul Miserez et c’est la conseillère communale en charge du dossier, Esther Gelso, qui s’est chargée de la réponse. La commune a décidé d’appliquer depuis le début de l’année la grille salariale proposée par le canton du Jura pour les éducatrices et les éducateurs de la Maison de l’Enfance. Le document n’est pas contraignant et comprend notamment une amélioration de la rémunération pour les employés des crèches communales de Delémont ainsi qu’une échelle de traitement plus longue et plus souple. C’est au niveau du temps de travail que le bât blesse.

 

Une heure de plus qui coince

La grille salariale proposée par le canton du Jura fixe la durée à 40 heures plus une heure pour la récupération des ponts et des jours fériés, soit un total de 41 heures par semaine. Problème : le règlement communal de Delémont prévoit un pensum de 40 heures pour le personnel de la ville. Le Conseil communal a souhaité appliquer le document tel que prévu par le canton avec donc une heure de travail supplémentaire par rapport à la norme en vigueur pour les employés de la ville. Une partie du personnel de la Maison de l’Enfance a donc décidé d’alerter le Syndicat des services publics. Un peu plus d’un tiers de la cinquantaine de collaboratrices et de collaborateurs conteste le passage de 40 à 41 heures. Le litige sera donc tranché par la justice, a regretté Esther Gelso à la tribune du Conseil de ville.

 

Vers une uniformisation pour les subventions

Le législatif de Delémont a, par ailleurs, accepté lundi soir une motion transformée en postulat du groupe socialiste concernant les subventions communales accordées à des sociétés ou à des associations. Le texte demande d’harmoniser la procédure. A l’heure actuelle, seules les sociétés et associations sportives doivent remplir un questionnaire qui demande un relevé des membres et des activités. Il n’existe pas de démarche de ce type pour les autres bénéficiaires, notamment dans le domaine de la culture. Le Conseil communal était favorable à la transformation de la motion en postulat, de manière à pouvoir bénéficier de davantage de temps afin de mettre en place un système qui reste donc à définir. /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes