Val Terbi ne veut pas de la déchèterie régionale

La déchèterie régionale recueille une forte opposition à Val Terbi. Le Conseil général de la ...
Val Terbi ne veut pas de la déchèterie régionale

Le Conseil général de Val Terbi a donné son préavis négatif à un crédit de 4 millions de francs destiné à la réalisation de la déchèterie régionale du SEOD

Le Conseil général de Val Terbi était réuni pour la première fois de l'année mardi soir à Vicques. Le Conseil général de Val Terbi était réuni pour la première fois de l'année mardi soir à Vicques.

La déchèterie régionale recueille une forte opposition à Val Terbi. Le Conseil général de la commune fusionnée a donné mardi soir son préavis négatif à un crédit de 4 millions de francs destiné à la réalisation du projet du Syndicat des communes de la région de Delémont pour l’élimination des ordures et autres déchets prévu à Courtételle. Le vote s’est soldé par un refus net de 18 élus contre 0 et 4 abstentions. Le peuple aura toutefois le dernier mot dans les urnes le 21 mai prochain. S’il accepte le crédit, le Conseil général devra en tenir compte et se prononcer sur l’adhésion de la commune au projet.

 

Le Tritout a pesé fort  

La présidente du SEOD, Françoise Collarin, avait fait le déplacement à Vicques pour défendre son projet. Elle a répondu aux questions et remarques des Conseillers généraux pendant près d’une heure. L’existence du Tritout a été au cœur des débats. La plupart des élus a estimé que l’actuelle déchèterie de la commune fonctionnait bien et qu'il n'y avait pas lieu de changer cela. Elle permet la collecte d’une quarantaine de déchets allant du plastique aux capsules de café. Certains se sont inquiétés des coûts que le projet aurait pour les citoyens. Selon le maire, Michel Brahier, ils se situeraient dans la même fourchette qu’aujourd’hui. « Le syndicat parle de 27 francs par an mais on ne sait pas comment ce prix va évoluer à l’avenir », a lancé l’un d’eux. D’autres ont indiqué craindre une perte de poids dans les décisions. « Si le SEOD décide de supprimer les écopoints communaux dans trois ans pour faire des économies, on aura plus notre mot à dire », a souligné un autre membre du législatif.   

Cette décision met du plomb dans l’aile de la déchèterie régionale. Le règlement du SEOD requiert, en effet, que 12 communes sur 22 acceptent le crédit de 4 millions et que 62% de la population adhère au projet global. Sur les quelques communes qui se sont déjà prononcées, Val Terbi rejoint Courtételle qui a refusé le projet alors qu’il est censé prendre place sur son territoire. Le Conseil général de Haute-Sorne a, lui, donné un préavis favorable, avant la votation populaire.

 

Un « non » pour l’ESVT 

Les élus ont également refusé de valider le projet de rénovation de l’espace direction de l’Ecole secondaire du Val Terbi  à Vicques. Un crédit de 112'500 francs a été décidé pour ces travaux par l’Assemblée des délégués de l’ESVT. Certains ont jugé que le montant prévu était trop important.  

Le Conseil général a, finalement, élu Jean-Paul Chételat de Montsevelier à la Commission rurale, de l’urbanisme et des constructions. Le démocrate-chrétien remplace Pierre Lovis qui a récemment intégré le Conseil communal. /alr  


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus