Delémont veut en finir avec le vacarme en vieille ville

De nouvelles plaintes se sont élevées sur le vacarme le soir en vieille ville après le week-end ...
Delémont veut en finir avec le vacarme en vieille ville

De nouvelles plaintes se sont élevées sur le vacarme le soir en vieille ville après le week-end de Pâques, le Conseil communal veut agir

La vieille ville aspire à retrouver le calme les soirs de fin de semaine. La vieille ville aspire à retrouver le calme les soirs de fin de semaine.

Le Conseil communal veut s'attaquer au vacarme qui s'installe trop souvent tard le soir en vieille ville de Delémont. Lors du week-end de Pâques, des hurlements et bruits en tout genre se sont encore fait entendre à des heures tardives. A l'occasion du Conseil de ville lundi soir, le responsable du groupe socialiste Diego Tomaselli a interpellé le conseil communal sur cette problématique récurrente. Il a également pointé du doigt les nombreux taxis qui viennent encombrer les rues en attendant les clients des bars et restaurants. Le maire Damien Chappuis a reconnu que la police ne pouvait pas couvrir tout le territoire delémontain le soir. Mais il a avancé d'autres pistes pour règler rapidement ces problèmes. « On peut imaginer avoir une présence en vieille ville avec des personnes pour gérer ces troubles, faire de nouvelles campagnes de sensibilisation, avertir également les restaurateurs et les mettre devant leurs responsabilités vis à vis des débordements éventuels. » Le maire a également rappelé qu'il était interdit aux taxis et aux particuliers d'entrer en voiture en vieille ville après 21h00, sauf pour venir chercher expressément un citoyen qui y réside. « Pour l'instant on a averti les gens, au bout d'un certain temps, malheureusement, on sera obligé d'utiliser la répression si la situation continue à se dégrader de cette manière », conclut Damien Chappuis.

Damien Chappuis veut lutter contre le vacarme en vieille ville

Un crédit-cadre de 1,8 million de francs pour la réfection des routes 

Par ailleurs, le Conseil de Ville de Delémont a voté hier soir un crédit cadre de 1,8 million de francs pour l'entretien et la réfection des routes sur la période 2017-2021. L'état général du réseau delémontain a été jugé « moyen », 20% des routes sont même dans un état « critique ou mauvais ». Cette somme servira donc à entretenir et maintenir l'état du réseau au moins à son niveau actuel mais les fonds ne sont pas suffisants pour l'élever de manière significative. Les travaux auront lieu en priorité sur les axes les plus endommagés et les plus fréquentés tels la rue du 24-Septembre, l'avenue de la Gare ou encore la route de Porrentruy. Pour des réfections de plus grande ampleur, le Conseil communal aura la possibilité de demander des crédits spéciaux en plus du crédit-cadre voté ce lundi.

 

L'Union Jura Rugby à Delémont ?

La situation de l'Union Jura Rugby (UJR) a également animé les débats ce lundi. Et si l'Union Jura Rugby venait s'installer à Delémont ? C'est la volonté de cette entité fondée en 2015, mais aussi celle du Conseil de ville de Delémont. Le législatif a approuvé hier soir soir un postulat de Pierre Chételat du groupe PLR pour qu'une solution soit proposée à l'UJR. Le club s'est entraîné temporairement en 2016 aux Prés Rose à Delémont mais joue désormais à Montsevelier et Corban. Mais ces terrains ne disposent pas d'éclairage et il est donc impossible de s'y entraîner le soir en hiver. Ces lieux sont également trop excentrés selon Pierre Chételat. Le responsable du groupe PLR au Conseil de ville assure également que Delémont ne doit pas rater l'occasion d'embellir son image : « Acceuillir une équipe de rugby serait une nouvelle corde à notre arc et nous permettrait d'être vu à l'extérieur du Jura. Et puis le rugby, on en parle peu en Suisse, alors ce seraient presque des pionniers ! » Mais ce n'est pas aussi facile de trouver un terrain à mettre à disposition selon le Conseil communal qui dit chercher des solutions. Il est difficile d'imposer la présence d'un club aux SR Delémont dont les terrains sont déjà sur-utilisés selon Patrick Chapuis, chef du département de la culture et des sports. « Le problème est de trouver une cohabitation avec un autre club, les SRD ou autre. On ne dispose pas non plus de beaucoup de terrains de jeu à Delémont. Et la qualité d'un terrain au rugby n'est pas aussi importante qu'au football, ce sont deux sports très différents », explique Patrick Chapuis. Le Conseil communal va dans un premier temps mettre en relation les dirigeants de l'Union Jura Rugby et des SRD afin qu'ils tentent de trouver une solution commune. /jpi

L'UJR est une aubaine pour Delémont selon Pierre Chételat

Patrick Chapuis évoque les difficultés de trouver un terrain


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus