Une première étape pour raccorder Montsevelier au SEDE

Les eaux usées de Montsevelier pourraient bientôt être traitées par la station d’épuration ...
Une première étape pour raccorder Montsevelier au SEDE

Le Conseil général de Val Terbi s’est réuni mardi soir, il a donné son préavis positif à un crédit de plus d’un million de francs pour le raccordement des eaux usées du village de Montsevelier au SEDE

SEDE La station d'épuration du SEDE à Soyhières (photo : archives)

Les eaux usées de Montsevelier pourraient bientôt être traitées par la station d’épuration du SEDE à Soyhières. Le Conseil général de Val Terbi a donné mardi soir son préavis positif à un crédit de 1'540'000 francs pour le raccordement du village au Syndicat d’épuration des eaux usées de Delémont et environs. Les citoyens de la commune fusionnée auront le dernier mot dans les urnes en septembre.

La station d’épuration de Montsevelier est âgée de près de 30 ans et présente un état de fatigue avancé selon le Conseil communal. Des analyses ont montré qu’elle ne répond plus aux exigences légales depuis plusieurs années. L’eau rejetée n’est pas suffisamment traitée et parfois polluée. L’exécutif propose donc de supprimer la station et de construire un collecteur de plus de trois kilomètres entre Montsevelier et Courchapoix pour amener les eaux usées au collecteur intercommunal du SEDE. Les travaux devraient débuter au printemps de l’année prochaine pour se terminer à l’automne. Une partie de ceux-ci pourra toutefois déjà être anticipée et réaliser au mois de septembre. Le Syndicat des eaux du Val Terbi doit, en effet, poser une conduite d’eau potable au lieu-dit « Sous Vassa », sur la commune de Corban. Le Conseil général a donc accepté de libérer un crédit préalable de 150'000 francs pour installer en même temps la conduite d’eaux usées sur 400 mètres.     

 

Des comptes dans le noir

Le législatif de la commune fusionnée a également accepté à l’unanimité les comptes 2016. Ils bouclent sur un bénéfice de 65'000 francs alors que le budget prévoyait un déficit de 80'000 francs. Le conseiller communal en charge des finances, Claude-Alain Chapatte, a relevé l’évolution positive de l’autofinancement de la commune. Il est passé de 300'000 francs en 2013 à 1'100'000 francs en 2016. Le signe d’une bonne santé financière selon le membre de l’exécutif. 

A l’heure des questions orales, il a aussi été question de la déchèterie régionale. Le conseiller général, Jean-Luc Charmillot, s’est insurgé des propos tenus dans la presse par la présidente du syndicat, Françoise Collarin. Cette dernière a laissé entendre que le projet pourrait se faire même si 62% de la population n’y adhère pas. L’élu PDC a dénoncé un manque de respect pour la décision du peuple. Un avis partagé par le maire. Michel Brahier a rappelé qu’il s’agissait d’une condition devant impérativement être remplie pour mettre en route le projet. Il a indiqué vouloir relayer cette remarque auprès du SEOD et de l’AMDD, l’Association des maires du district de Delémont qu’il préside.

Les conseillers généraux et communaux ont, enfin, salué par de vifs applaudissements la ville de Moutier qui a choisi dimanche de rejoindre le canton du Jura. /alr     


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus