Le Conseil de Ville de Delémont a parlé gros sous

Le Conseil de Ville de Delémont a été généreux lundi soir. Il a approuvé trois crédits pour ...
Le Conseil de Ville de Delémont a parlé gros sous

Le législatif de la capitale jurassienne a tenu son avant-dernière séance de l’année lundi soir. Le budget 2018 et trois crédits ont été approuvés, ainsi qu’une vente de parcelles

Conseil de ville Delémont (Photo: archives)

Le Conseil de Ville de Delémont a été généreux lundi soir. Il a approuvé trois crédits pour un total de plus de 1,5 million de francs. Le plus gros montant est un crédit-cadre de 918'000 sur la période 2017-2021 pour le remplacement et l’achat de véhicules pour la Voirie communale. Une analyse du parc a été́ menée par un spécialiste sur mandat du Service UETP. Une planification et des priorités ont ainsi été́ proposées. En suivant cette stratégie, la commune pourra compter à terme sur un abaissement de l'âge du parc. Ceci aura un impact financier direct sur les coûts d'entretien et permettra également de limiter l'impact environnemental, avec des véhicules qui respectent au mieux les normes antipollution les plus récentes. Dans ce sens, la priorité ira, notamment, à l’acquisition de véhicules électriques.

Les élus ont également approuvé un autre crédit-cadre de 410'000 francs pour le Centre de renfort, d'incendie et de secours de la Ville de Delémont (CRISD) pour la période 2017-2021. Cet argent est destiné à financer des travaux de rénovation dans le bâtiment à la rue Saint-Michel, à l’achat de matériel contre les inondations et au remplacement du véhicule d’officier de service.

Le législatif s’est aussi prononcé en faveur d’une somme de 220'000 francs pour la sécurisation des locaux de la police et le réajustement des moyens de sécurité́ personnelle. Un montant qui sera utilisé pour des travaux et des aménagements de sécurisation des locaux de police, pour créer un local d’audition dans le cadre de la mise en place de « Police Synergie », ainsi que pour acheter un véhicule d’intervention neuf et du matériel de protection pour les agents de police.

Le budget 2018, qui présente un bénéfice de 48'800 francs, a été validé. La quotité d’impôt reste fixée à 1,9.

 

Construction de maisons individuelles

Lundi soir, le législatif delémontain a aussi donné son accord pour la vente de deux parcelles, d'une surface de 1'940 m2 et 2'303 m2, c'est-à-dire 4'243 m2 au total, sises Entre-les-Etangs, pour un montant de 1'188'040 francs, en vue de la réalisation de maisons individuelles et/ou jumelées. Dans le cadre de la révision du Plan d'aménagement local « Delémont, cap sur 2030 », l'affectation des deux parcelles appartenant à la Municipalité a été modifiée dans ce but. Les deux terrains, situés respectivement à la rue des Sources et à la rue des Viviers, seront morcelés en 2 ou 3 terrains pour le premier feuillet et en 3 ou 4 terrains pour le second. Les surfaces exactes seront déterminées en tenant compte des projets des futurs maîtres d'ouvrage. Le prix de vente a été fixé à Fr. 280.-/m2, un montant qui correspond au prix du marché actuel pour de telles parcelles, à quoi s’ajoute les frais d'équipement, à charge des futurs propriétaires, qui sont estimés à environ Fr. 50.-/m2.

 

Pas d’échange de terrains

Le Conseil de Ville a, par contre, refusé d’entrée en matière sur la demande du Conseil communal d’autoriser l'échange de terrains entre une parcelle sise à l'avenue de la Gare, propriété de la Municipalité, et une parcelle privée sise à la route de Bâle. Cet échange, avec une soulte de 620'550 francs en faveur de la commune, visait à déplacer le point de collecte des déchets de la rue du Vieux-Château, qui ne répond plus aux normes et aux bases légales en vigueur, et d'autre part, à valoriser le terrain libéré par la Maison de l'Enfance, suite au déménagement à la rue de la Manchourie, afin de permettre le développement d'un nouveau projet sur l'avenue de la Gare accueillant potentiellement des commerces, des bureaux et des logements. Plusieurs élus sont montés à la tribune pour pointer du doigt le fait que cet échange était un mauvais marchandage, la parcelle située à l’avenue de la Gare étant placée à un endroit stratégique, et qu’il était prématuré de la céder sans connaître le projet du tiers acquéreur.

 

Pas d’ouverture le samedi matin

À l’heure des questions orales, le conseiller de ville PDC Khelaf Kerkour a proposé que le secrétariat de l’administration communale soit ouvert un samedi matin par mois, afin d’offrir plus de flexibilité aux citoyens qui rencontreraient des difficultés pour se rendre à l’Hôtel de Ville aux heures de permanence actuelles (lu-ve 8h-12h / 14h-17h). Une requête balayée par le maire Damien Chappuis dans sa réponse. Selon lui, un grand nombre de services ne requiert pas de prestation humaine. Le Conseil communal se dirige ainsi plutôt vers une évolution technologique avec le guichet virtuel. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes