Les ouvrages d’art de Delémont sous la loupe

Le Conseil de ville de Delémont a donné son aval à un crédit pour réaliser un plan d’entretien ...
Les ouvrages d’art de Delémont sous la loupe

Le Conseil de ville de Delémont a donné son aval à un crédit pour réaliser un plan d’entretien et de maintenance des ouvrages d’art comme les ponts, les routes ou encore les conduites souterraines

Conseil de ville de Delémont Le Conseil de ville de Delémont a tenu lundi soir sa dernière séance de l'année.

Delémont veut prendre soin des ouvrages d’art qui appartiennent à la commune. Le Conseil de ville a accepté lundi soir à une majorité évidente et sans avis contraires un crédit de 150'000 francs pour l’établissement d’un plan d’entretien et de maintenance de ce type de constructions. Les ponts, murs de soutènement, routes et autres conduites souterraines sont concernés, notamment. Le Service de l’urbanisme, de l’environnement et des travaux publics dispose déjà de certains outils mais un plan d’entretien et de maintenance des ouvrages d’art fait actuellement défaut. La fermeture d’urgence de la passerelle de Morépont illustre ce constat. L’établissement d’un tel plan vise ainsi à permettre une gestion efficace et préventive des ouvrages en question et sera réalisé par des mandataires spécialisés.

Le document doit conduire, dans un premier temps, à la réalisation d’un inventaire et à la constitution d’une base de données. Il s’agit également de mener une inspection des ouvrages d’art et de recommander d’éventuelles mesures d’urgence. Enfin, le plan d’entretien doit permettre de définir des mesures d’intervention et des priorités. Les différentes actions qui découleront du document seront réalisées dans un second temps et feront l’objet de demandes de crédits complémentaires, en fonction de la planification proposée.

Au niveau du calendrier, la réalisation du plan ainsi que l’intégration des montants nécessaires aux budgets de fonctionnement et des investissements sont prévus d’ici à l’automne prochain. La mise en œuvre du document s’effectuera dès 2019, sous réserve de l’intégration des crédits nécessaires.

 

Bornes de recharge et parc urbain

Le Conseil de ville de Delémont a également donné son feu vert à deux autres enveloppes financières. Il a accepté à une majorité évidente avec 2 avis contraires un crédit-cadre de 276'000 francs destiné aux SID, les Services industriels de Delémont, pour le déploiement de bornes de recharges pour véhicules électriques. Il est prévu d’installer dix équipements de ce type d’ici à 2022, selon l’évolution de la demande. Les premières bornes seront posées l’année prochaine sur les places de parc des SID ainsi que sur le parking de la patinoire.

Le second crédit qui a été adopté représente une dépense de 120'000 francs. L’argent servira à l’intégration d’un équipement sanitaire avec une pergola au futur parc urbain situé derrière le collège. Le crédit a été accepté à une majorité évidente, sans avis contraires.

 

Carré musulman public et pas privé

Le législatif de la capitale jurassienne a, enfin, rejeté par 29 voix contre une motion de l’UDC Dominique Baettig intitulée : « Pas d’exception ou de compromis sur l’intégration, un carré d’ensevelissement séparé ne peut être que privé ! ». Le texte demandait d’envisager la possibilité de laisser se créer un cimetière privé pour les musulmans. Il faisait suite à la mise en place d’un carré spécifique pour les défunts de cette confession dans le projet de réaménagement du cimetière de Delémont. Les travaux viennent de commercer et aucune opposition au permis de construire n’a été déposée, comme l’a rappelé le maire de Delémont. Damien Chappuis a également indiqué que le crédit pour l’ensemble du projet n’avait pas été contesté par le Conseil de ville lors de l’examen du budget 2018. Il a également répété que la durée des concessions pour le carré musulman sera identique à celle pour les autres confessions.

A noter encore que le Conseil de ville a pris congé de deux conseillers communaux, en l’occurrence de la PDC Françoise Collarin et du PCSI Patrick Chapuis qui quittent l’exécutif de la capitale jurassienne.

 

La der, pas complètement…

Il s’agissait de l’ultime séance de l’année pour le Conseil de ville de Delémont mais probablement pas de la dernière du législatif dans sa composition actuelle. La Juge administrative du Tribunal de première instance a été saisie d’un recours déposé par l’UDC contre l’élection au Conseil de Ville du 22 octobre dernier pour des soupçons de fraude. Un effet suspensif a été prononcé, ce qui prolonge la période de fonctionnement du législatif jusqu’à l’entrée en force de la décision de justice. Le président du Conseil de ville, Jude Schindelholz, a indiqué que le dossier suivait son cours mais sans donner d’indications sur la date à laquelle la justice rendra son avis. Il a rappelé que la décision – quelle qu’elle soit – serait sous soumise à un délai de recours de 30 jours et qu’il faudrait encore dix jours supplémentaires pour convoquer une séance du nouveau Conseil de ville, signe que le législatif dans sa forme actuelle pourrait encore être appelé à siéger au début de l’année prochaine… /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus