Un projet d’envergure pour lutter contre les crues à Vicques

Le Conseil général de Val Terbi a donné mardi son préavis positif à un crédit de plus de 5 ...
Un projet d’envergure pour lutter contre les crues à Vicques

Le Conseil général de Val Terbi a donné mardi son préavis positif à un crédit de plus de 5 millions de francs pour le réaménagement de la Scheulte à Recolaine, le peuple aura le dernier mot dans les urnes

La Scheulte était notamment sortie de son lit en 2005 et 2006 (photo : val-terbi.ch). La Scheulte était notamment sortie de son lit en 2005 et 2006 (photo : val-terbi.ch).

Val Terbi se lance dans le réaménagement de la Scheulte. Le Conseil général de la commune fusionnée a donné mardi soir, lors de sa dernière séance de l’année à Montsevelier, son préavis positif à un crédit de 5'525'000 francs pour le projet Scheulte « Recolaine ». Celui-ci prévoit une série de mesures de protection contre les crues de la rivière mais aussi du ruisseau Biel de Val. La démarche s’inscrit dans le cadre d’un plan directeur approuvé en 2015 par le canton du Jura.

Le quartier d’Es Montès situé à la sortie de Vicques, à Recolaine plus précisément, a été priorisé par les autorités. Il avait été durement frappé par les inondations de 2005 et 2006. La Scheulte et le Biel de Val seront réaménagés pour leur donner davantage d’espace. Les deux franchissements de la route cantonale vont aussi être redimensionnés. Le pont de Recolaine sera élargi et rehaussé alors que le nouveau voûtage du Biel de Val permettra de tripler sa capacité d’écoulement.   

Les finances communales ne seront pas beaucoup affectées par ce projet vu les subsides considérables qui sont envisagés. Les travaux devraient en effet être subventionnés à hauteur de 90%. Le reste sera pris en charge par le fonds communal des digues. Le peuple aura le dernier mot le 4 mars prochain dans les urnes.

 

Un projet de réfection qui capote 

Le législatif a refusé, faute de majorité suffisante, un crédit de 85'600 francs pour la réfection du chemin des Vions à Vicques. Le projet prévoyait une desserte forestière au lieu-dit « Pré Derrière Montagne ». Le fait que le Conseil communal n’a pas demandé d’offre à une entreprise de la commune a posé problème à certains élus. Une subvention cantonale et fédérale de 47'600 francs était prévue. La conseillère communale en charge des bourgeoisies et des forêts, Sylviane Faivre, a prévenu que la commune ne pourra plus compter dessus l’an prochain. 

 

Encourager la réhabilitation des centres anciens

Les conseillers généraux ont également accepté, par 17 voix contre 0 et une abstention, un postulat de Jean-Paul Chételat. Le texte demande au Conseil communal de rédiger un rapport sur la faisabilité de la mise en place d’un programme d’encouragement pour la réhabilitation des centres anciens. L’idée est d’inciter financièrement les propriétaires concernés à utiliser le potentiel du patrimoine bâti pour créer de nouveaux logements. L’exécutif n’y était pas favorable. Le conseiller communal en charge de l’urbanisme, Pierre Lovis, a estimé qu’il était préférable d’attendre que le canton ou la Confédération lancent un tel projet à plus grande échelle.

 

Intégration de Corban

Cette séance du Conseil général était la dernière de la législature. Corban rejoindra officiellement la commune de Val Terbi le 1er janvier. Le budget 2018 ne sera donc traité que l’année prochaine. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus