Yves Gigon claque la porte du PDC

Une deuxième démission en moins de 24h au sein du PDC Jura. Après Raoul Jaeggi lundi soir, ...
Yves Gigon claque la porte du PDC

Le député de Courgenay a transmis ce mardi sa lettre de démission à la présidence du PDC Jura suite à l’affaire Pauline Queloz

 Yves Gigon à la tribune du Parlement jurassien

Une deuxième démission en moins de 24h au sein du PDC Jura. Après Raoul Jaeggi lundi soir, c’est au tour d’Yves Gigon de quitter le parti. Il en a informé la présidence mardi à la mi-journée. Le député de Courgenay avait déjà quitté le groupe parlementaire PDC-JDC et la présidence au début du mois. Cette fois-ci, il claque définitivement la porte du Parti démocrate-chrétien suite à l’affaire Pauline Queloz. L’Ajoulot était l’un des proches soutiens à la candidature de la citoyenne de St-Brais à la présidence du Parlement jurassien en décembre.

 

« Il n’y a pas de remise en question »

Dans son courrier, Yves Gigon indique qu’il est « temps de quitter la soi-disant famille démocrate chrétienne ». Il ne s’y retrouve plus. Contacté par notre rédaction, l’Ajoulot estime qu’il n’y a pas de remise en question de la part de la présidence du PDC Jura. « Le dialogue n’est plus possible », dit-il. Convoqué ce mardi soir à une séance de la présidence du parti, l’élu de Courgenay a décidé de ne pas s’y rendre. « J’avais émis le souhait que la vice-présidente, Madame Chaignat, ne soit pas présente pour faciliter le dialogue. Ma demande a été refusée. C’est un manque de respect », constate Yves Gigon. Il précise également que son départ n'est pas lié avec celui de Raoul Jaeggi.

Le député s’en prend aussi au président du PDC Jura André Burri. « Il faut qu’on m’explique comment il peut dire qu’il a travaillé dans l’ombre durant cette affaire. Il a plutôt œuvré dans la nuit, on ne l’a jamais entendu », avance Yves Gigon. Il se retire ainsi du Parti démocrate-chrétien « après 30 ans d’engagement aux JDC et PDC ».

 

Un futur à l’UDC ?

Quant à son avenir politique, rien n’est arrêté. « Démocrate et chrétien, je le resterai », écrit tout de même Yves Gigon dans sa missive. Il nous a précisé ne pas exclure d’entrer dans un autre parti. L’UDC serait en première ligne, si tel devait être le cas. « Il n’y a pas de discussions formelles pour y adhérer », assure toutefois l’élu de Courgenay. Mais c’est en réflexion. /msc


Actualisé le

 

Actualités suivantes