Le CCRD est dans le bon tempo pour assainir ses finances

Le Centre culturel régional de Delémont veut atteindre son objectif pour assainir ses finances ...
Le CCRD est dans le bon tempo pour assainir ses finances

Le Centre culturel régional de Delémont a encore une dette de 70'000 francs à combler d’ici 2019. Il se dit optimiste

 Le Forum St-Georges abrite le CCRD. Sera-ce encore le cas en 2019? (photo: archives)

Le Centre culturel régional de Delémont veut atteindre son objectif pour assainir ses finances. Il le dira ce lundi soir lors de son assemblée générale (19h au Forum St-Georges). L’année dernière, le CCRD s’est donné trois ans pour combler sa dette de 100'000 francs, suite à l’ardoise laissée par le SMAC Festival en 2016. Après avoir réalisé un bénéfice de 30'000 francs lors de l’exercice 2017, le CCRD a pu ramener le découvert à 70'000 francs. Il devrait pouvoir le réduire de 30'000 francs supplémentaires à la fin 2018, puis parvenir le résorber fin 2019. « On retient notre souffle. Les derniers exercices ont été difficiles. Nous avons notamment dû faire des efforts sur le fonctionnement, avec du personnel en moins, ce qui est un problème. Mais nous avons pu maintenir notre activité, avec une bonne offre culturelle, ce qui est positif », explique Olivier Tschopp, le président du CCRD.

 

Côté animation, le directeur Yves Noirjean dresse un bilan plutôt positif de l’année 2017 : « Le Passeport Vacances connaît toujours un grand succès. La programmation marche bien, nous n’avons jamais eu autant d’abonnements. Quant au Midi Théâtre, il est toujours complet. Seuls les cours extrascolaires demandent un renouvellement, même si nous continuons de croire qu’il s’agit d’une belle offre ».

 

Avenir au Forum St-Georges ou pas ?

En dépit de ses difficultés financières, le Centre culturel régional de Delémont continue son bonhomme de chemin. Mais il est tout de même à l’heure des questionnements pour son avenir. « Le Forum St-Georges nous inquiète. Les charges sont importantes pour le CCRD, comme la conciergerie ou le chauffage. Les recettes diminuent, tant pour les locations que pour le bar. Nous devons renégocier les conditions avec la commune. Il faudra trouver une solution, faute de quoi le CCRD pourrait bien devoir quitter les lieux », affirme Olivier Tschopp, qui a déclaré que les locations avaient diminué de moitié entre 2011 et 2017. La convention avec la commune est donc à rediscuter. Les conditions actuelles prendront fin au terme de l’année. Du côté de la commune de Delémont, on entend bien collaborer avec le CCRD. « C’est clair, nous ne voulons pas faire moins qu’aujourd’hui pour le Centre culturel. Mais le moment venu, il faudra qu’il nous amène des projets d’avenir concrets pour rétablir un contrat de prestations, en tenant compte de l’arrivée du Théâtre du Jura. Le CCRD devra trouver sa place. Tout sera alors ouvert », note Claude Schlüchter, le conseiller communal en charge de la culture.

 

Autre questionnement : la participation financière des communes du district pour le CCRD, d’un franc par habitant. Les recettes se montent à 21'000 francs, alors qu’elles devraient être de 26'000 francs.

 

Le Centre culturel régional s’interroge enfin sur ses perspectives lorsque le Théâtre du Jura sera opérationnel. « Il y aura forcément un certain nombre de renoncements pour le CCRD, notamment dans les arts de la scène. Le risque d'appauvrissement de notre offre est réel. Il faudra trouver les bonnes synergies. Mais soyons clairs : l’avènement du Théâtre du Jura est une excellente chose ! », dit encore Olivier Tschopp. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus