Des panneaux qui brillent par leur absence à Vermes

Le village de Vermes n’est pas équipé de panneaux indiquant le nom des rues : le Conseil communal ...
Des panneaux qui brillent par leur absence à Vermes

Le village de Vermes n’est pas équipé de panneaux indiquant le nom des rues : le Conseil communal de Val Terbi va se pencher sur la question

 Il est difficile de s'y retrouver dans les rues de Vermes (photo : archives).

C’est un casse-tête pour les livreurs ou les visiteurs qui se rendent chez des habitants de Vermes : le village ne possède pas de panneaux indiquant le nom des rues. La problématique s’est invitée mardi soir lors des questions orales au Conseil général de Val Terbi. Catherine Wolff a demandé à l’exécutif si cette lacune peu courante allait être comblée.

Dans sa réponse, le conseiller communal en charge de l’urbanisme, Christophe Fleury, a expliqué que les rues du village avaient bien été baptisées à l’époque. L’ancien exécutif de Vermes avait toutefois décidé de ne pas poser d’affichettes. Si cela pose quelques difficultés pour trouver une adresse, c’est surtout la numérotation des maisons qui est problématique, car elle ne répond pas aux normes en vigueur en Suisse. Celles-ci exigent notamment que les nombres pairs se situent à droite de la rue et les nombres impairs à gauche. Or à Vermes, tout est mélangé et le numéro des bâtiments est même parfois accompagné d’une lettre.

Le Conseil communal se doit de remédier à cette situation, selon Christophe Fleury. La loi cantonale précise que la numération doit se faire en tenant compte des spécificités de l’Établissement cantonal d’assurance. Une réflexion sera donc menée avec l’ECA pour voir ce qu’il est possible de faire. La mise en place d’une nouvelle numérotation engendrerait quoi qu’il en soit un travail administratif conséquent. Toute la population de Vermes devrait en effet changer d’adresse.

 

La deuxième fois aura été la bonne

Le Conseil général a également accepté, à l’unanimité, un crédit de 75'000 francs pour la réfection de la desserte forestière « Chemin des Vions ». Ce projet avait été refusé lors de la séance de décembre dernier. Certains élus avaient soulevé des incohérences, notamment une différence importante entre le montant du crédit à voter qui atteignait 86'500 francs et le devis effectif qui ne dépassait pas 55'000 francs. Finalement, le projet a été affiné et retouché et il a facilement passé la rampe. Les travaux devraient être subventionnés à hauteur de 56%. Le reste sera couvert par le fonds bourgeois de Vicques.

 

Les briques à boisson au Tritout ?

Le législatif s’est, enfin, penché sur une interpellation de Jean-Baptiste Maître. L’élu de Val Terbi Ensemble a demandé au Conseil communal s’il entendait entamer une réflexion visant à permettre le recyclage des briques à boisson à la déchèterie du Tritout. Claude-Alain Chapatte a indiqué que l’exécutif était prêt à examiner cette solution. Le conseiller communal en charge des finances a toutefois souligné que cela se ferait dans le cadre du Syndicat de gestion des déchets de Delémont et environs. À la demande du maire, Michel Brahier, une commission du SEOD va examiner la question et l’exécutif se positionnera en fonction de ce qui ressort de ce travail. /alr  


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus