Un budget adopté mais menacé à Delémont

Le Conseil de ville de Delémont a accepté lundi soir le budget 2019 mais le PDC a confirmé ...
Un budget adopté mais menacé à Delémont

Le Conseil de ville de Delémont a accepté lundi soir le budget 2019 mais le PDC a confirmé sa volonté de lancer le référendum

Conseil de ville Delémont Le Conseil de ville de Delémont a avalisé le budget 2019 mais la menace du référendum plane sur le document.

Le budget 2019 a passé le cap lundi soir du Conseil de ville à Delémont. Le législatif a accepté le document qui prévoit finalement un bénéfice de 139'200 francs après quelques modifications, avant tout d’ordre technique. Le Conseil de ville s’est prononcé par 28 voix contre 11. La droite a voté contre car elle conteste la création de 18,8 postes au sein de l’administration communale acceptée le mois dernier par le législatif. Le budget comprend les charges sur huit mois de l’engagement de personnel supplémentaire avec une quotité d’impôt inchangée. Le PDC va lancer le référendum contre le budget et la gauche a dénoncé une volonté de vouloir bloquer la ville pendant plusieurs mois, le temps que s’organise la votation. L’élu socialiste Pierre Brulhart s’en explique :

Le PDC devrait être soutenu par les autres partis de droite qui craignent une détérioration des finances de la ville et, à terme, une hausse de la fiscalité. Le maire de Delémont, Damien Chappuis, a également mis en garde contre l’impossibilité pour le Conseil communal de procéder à d’autres dépenses que celles de fonctionnement courant, dans l’attente du verdict populaire. L’élu PDC Patrick Frein répond à cette accusation de paralyser la ville :

Le PDC a besoin de réunir les signatures de 5% des ayants droit, soit environ 500 paraphes, pour que son référendum aboutisse.

A l’issue des débats lundi soir au Conseil de ville, le maire de Delémont Damien Chappuis avait un sentiment mitigé :

Des autres points qui passent sans problème

Le Conseil de ville de Delémont a facilement accepté les autres objets à l’ordre du jour. Il a adopté par 37 voix contre 0 un crédit supplémentaire de 510'000 francs pour les travaux d’assainissement du Gros-Seuc qui fait suite, notamment, à une opposition de la section jurassienne de Patrimoine suisse. La plus grande partie des classes de l’école primaire sera transférée au troisième étage du bâtiment Strate-J, situé près de la gare, pendant la durée des travaux, soit de début juillet 2019 à fin juin 2020.

Le législatif a aussi avalisé à une majorité évidente un crédit d’études de 200'000 francs pour lancer un concours de projets pour le secteur des Arquebusiers. L’étude portera notamment sur la construction d’une nouvelle école. Le bâtiment permettra de supprimer les deux pavillons provisoires actuels et devrait accueillir 13 classes de l’école primaire. Le site des Arquebusiers est occupé principalement aujourd’hui par le parking du Gros-Pré. Le plan d’aménagement local lui attribue d’autres vocations que scolaires sur un périmètre élargi, soit notamment la construction de logements, voire d’une crèche à plus long terme, ainsi que la création d’espaces publics. Il est toutefois prévu de maintenir le nombre de places de stationnement actuelles mais avec une emprise au sol réduite. Le concours vise à former une pièce urbaine cohérente afin de définir un projet concret. Le calendrier prévoit une votation populaire aux environs de mai 2020, le début des travaux de construction de l’école à l’automne 2020 et une mise en service à l’été 2022.

Le Conseil de ville a, enfin, approuvé par 38 voix contre 0 une modification des statuts du FRED, le Fonds de prévoyance et de retraite des employés de la municipalité de Delémont. Le projet vise à répondre aux besoins de financement à venir, en regard du niveau historiquement bas des taux d’intérêt. Il prévoit la diminution du taux technique de 2,5% à 2% ainsi qu’une baisse progressive du taux de conversion qui passera de 5,85% à 5,4% d’ici à 2026. Le projet comprend également un transfert de 0,5% du taux de cotisation « risque » au taux de conversion « épargne » ainsi qu’une augmentation du taux des cotisations versées par les employeurs, ce qui engendrera un coût supplémentaire de 170'000 francs en 2019 pour la ville de Delémont. La cotisation de 1,8% des employeurs concernant les droits acquis, sera, par ailleurs, supprimée au 1er janvier 2021. /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus