Des vaches en branches pour accueillir les adeptes de Tête de Moine

Quatre sculptures de vaches ont été confectionnées pour la Fête de la Tête de Moine cette année ...
Des vaches en branches pour accueillir les adeptes de Tête de Moine

Quatre sculptures de vaches ont été confectionnées pour la Fête de la Tête de Moine cette année. Elles sont l’œuvre d’un agriculteur des Emibois

Quatre tableaux sont exposés à Bellelay. Quatre tableaux sont exposés à Bellelay.

En vélo ou en posture de combat, des vaches attendent les visiteurs à Bellelay. Quatre statues ont été confectionnées à base de branches par un agriculteur des Emibois, Jean-Pierre Froidevaux. Elles ont été commandées spécialement pour l’événement.

L’artiste nous explique comment lui est venue l’idée de réaliser ces œuvres.

Ses premières sculptures, Jean-Pierre Froidevaux les a réalisées à l’occasion d’une édition du Marché-Concours de Saignelégier, il y a dix ans environ. Quant au matériau de base, à savoir les branches, il les ramasse dans les forêts de la région. Il est d’ailleurs souvent épaulé dans cette tâche par sa famille.


La durabilité comme objectif

Les relations avec la nature ont d'ailleurs eu une place de choix dans les discours tenus lors de la cérémonie d'ouverture samedi. Diverses personnalités, notamment politiques, se sont succédées à la tribune. Si l’importance économique et culturelle de la production du fromage était au centre des discussions, beaucoup d’orateurs ont également mis en avant l’importance du côté naturel et biologique de la tête de moine.

Président de l’interprofession, Jacques Gygax estime de son côté que les producteurs, de par leur cahier des charges et les normes qu'ils respectent, ont déjà un train d’avance en ce qui concerne la durabilité. Dans une société où le respect de la nature et des animaux prend de plus en plus de place, il affirme que le fromage sait se placer et qu’il tire avantage de cette situation. /amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus