Le PCSI joue la parité et la carte verte

Le parti chrétien-social indépendant présentera trois listes pour le Conseil National lors ...
Le PCSI joue la parité et la carte verte

Le parti chrétien-social indépendant présentera trois listes pour le Conseil National lors des prochaines élections fédérales, et lorgne sur un apparentement avec les Verts

Parité parfaite entre les six candidats PCSI désignés pour le Conseil National. De gauche à droite : Thomas Schaffter, Géraldine Beuchat, Julien Berthold, Aurore Boillat, Suzanne Maitre-Schindelholz et Frédéric Lovis. Parité parfaite entre les six candidats PCSI désignés pour le Conseil National. De gauche à droite : Thomas Schaffter, Géraldine Beuchat, Julien Berthold, Aurore Boillat, Suzanne Maitre-Schindelholz et Frédéric Lovis.

Le PCSI Jura articule sa stratégie pour les prochaines élections fédérales autour des deux thèmes sociétaux qui ont actuellement le vent en poupe : la parité femmes-hommes et l'écologie. Le parti indépendant a dévoilé ses cartes jeudi soir à l'occasion de son assemblée cantonale.

Les femmes, les hommes et les jeunes

Trois listes ont été constituées pour briguer un siège au Conseil National. La liste "femmes" est composée de la députée de Haute-Sorne Géraldine Beuchat (49 ans) et de la députée delémontaine Suzanne Maitre-Schindelholz (63 ans). Le député bruntrutain et président du PCSI Thomas Schaffter (45 ans) ainsi que le député de Boécourt Frédéric Lovis (48 ans) conduiront la liste "hommes". Enfin, le parti chrétien-social indépendant lance également une liste "jeunes", paritaire de surcroît, avec la conseillère communale de Saignelégier Aurore Boillat (30 ans) et le conseiller de ville prévôtois et président du PCSI Moutier Julien Berthold (31 ans).

Géraldine Beuchat, candidate au sein de la liste « femmes »

Frédéric Lovis se lance au niveau fédéral après 13 ans au Parlement jurassien

« Si on y va seul, on n’a aucune chance »
Sur proposition du comité, l'assemblée a par ailleurs validé l'idée d'un apparentement avec les Verts jurassiens. « La question de l’environnement est inscrite de longue date dans les programmes de notre parti, nous avons des sensibilités proches », a expliqué Thomas Schaffter aux membres présents. « Si on y va seul, on n’a aucune chance. Il y a une opportunité à saisir car les Verts montent en puissance », a ensuite lancé le député et maire de Delémont Damien Chappuis. Selon le président du PCSI Jura, un apparentement avec les Verts permettrait d’atteindre 25% des voix et de se placer potentiellement comme la deuxième force politique de la région derrière le PSJ, notamment si ce dernier venait à s’allier avec le CS-POP. En d’autres termes, c’est le siège du PDC, dont les voix pourraient s’éroder en raison des dissidences selon les dirigeants du PCSI, qui est visé. Sur la base de ces projections, le comité a été conforté par les membres du parti pour poursuivre les discussions (qui ont déjà été lancées) avec les Verts. En revanche, les hypothèses d’une alliance purement « mathématique » avec un parti de droite ou encore d’un grand apparentement de la gauche ont été écartées. /jpi

La parité et l'écologie, pas de l'opportunisme selon Thomas Schaffter


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus