Delémont s’attaque à la pauvreté

Le Conseil de ville a approuvé une motion de l’Alternative de Gauche demandant la création ...
Delémont s’attaque à la pauvreté

Le Conseil de ville a approuvé lundi soir une motion de l’Alternative de Gauche demandant la création d’un plan d’action communal, suite à la publication du rapport social du canton du Jura

Le Conseil de ville de Delémont a décidé d'agir après la publication du rapport social de l'Etat jurassien. Le Conseil de ville de Delémont a décidé d'agir après la publication du rapport social de l'Etat jurassien.

La commune de Delémont va établir un plan d’action destiné à lutter contre la pauvreté sur son territoire. Le Conseil de ville a approuvé lundi soir à une majorité évidente moins trois avis contraires une motion de l’Alternative de Gauche. La démarche fait suite à la publication du rapport social du canton du Jura le 15 février dernier.

Dans son texte, le conseiller de ville Pierluigi Fedele rappelle que plus de 6'000 personnes vivent aujourd’hui en situation de pauvreté dans le Jura. Par ailleurs, 20'000 risquent de basculer dans la précarité à la moindre aggravation de leur situation personnelle. « Le temps n’est plus aux paroles ou à la polémique, mais aux actes », écrit l’élu. Pierluigi Fedele a ainsi demandé que la commune prenne des mesures de lutte. A droite, le PLR s’est vainement opposé à la motion. Le parti estime qu’elle va engager des coûts difficilement mesurables.

Le plan d’action delémontain va désormais se dessiner. Le point avec Esther Gelso, conseillère communale en charge de la cohésion sociale :

Esther Gelso

Une autre motion, du socialiste Laurent Crevoisier cette fois, a été acceptée par le législatif de Delémont à une majorité évidente moins trois avis contraires : le Conseil communal va désormais « renforcer » son contrôle du respect de CCT lors des procédures d’adjudication des marchés publics communaux. Une attestation fournie par la commission paritaire compétente du secteur concerné sera exigée. Les autorités ne demandent aujourd’hui qu’une confirmation, soit une « attestation sur l’honneur ».


Quatre sur quatre pour les postulats

Le Conseil de ville a encore adopté quatre postulats. Le premier texte de Pierluigi Fedele (Alternative de gauche) demande l’étude d’un concept de budget participatif (ou participation citoyenne au budget). Avec un montant défini chaque année par les autorités, la population pourrait soumettre des idées de projets à réaliser. Le débat a été intense : le PLR a parlé « d’offre marginale et d’enjeux dérisoires », le PDC a estimé que « tout citoyen connaît un conseiller de ville pour faire passer ses idées » et le PCSI a déclaré que « la politique manque d’attrait dans la population et que tout citoyen intéressé peut adhérer à un parti ». Les formations de gauche ont finalement fait pencher la balance pour l’acceptation du postulat.

Le deuxième texte accepté est l’œuvre du socialiste Christophe Badertscher. Les élus ont décidé d’étudier la création d’un jardin de la biodiversité en ville. Le projet se veut didactique, pour inciter les propriétaires à agir justement en faveur de la biodiversité.

Le troisième texte accepté a été proposé par l’élue de l’Alternative de Gauche Céline Robert-Charrue Linder. Elle demande à la Municipalité de faciliter l’allaitement maternel sur le territoire communal, en incitant divers lieux publics à afficher leur disponibilité en apposant un autocollant, et en répertoriant ces lieux.

Enfin, le législatif a accepté un quatrième postulat, du socialiste Marc Ribeaud, au sujet du Fonds de prévoyance et de retraite en faveur des employés de la Commune de Delémont (FRED). L’auteur souhaite que le Conseil communal fasse évaluer le mode de fonctionnement par une expertise externe, dans le but de ne pas surréagir aux « sautes d’humeur de la bourse, tout en maintenant une gestion rigoureuse ».

Les élus ont enfin approuvé, à l’unanimité, le rapport de gestion 2018 dudit FRED. /rch


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus