Une facture salée pour l’aventure CarPostal France

« Le Matin Dimanche » évalue à au moins 65 millions de francs la somme perdue par La Poste ...
Une facture salée pour l’aventure CarPostal France

« Le Matin Dimanche » évalue à au moins 65 millions de francs la somme perdue par La Poste dans l’aventure CarPostal France, une filiale qui était présidée par le Jurassien André Burri

 La débâcle de CarPostal France, filiale présidée par André Burri, a coûté au moins 65 millions de francs (photo : archives). La débâcle de CarPostal France, filiale présidée par André Burri, a coûté au moins 65 millions de francs (photo : archives).

La facture totale de la tentative de CarPostal d'entrer sur le marché français en 2004 s’avère plus importante qu’annoncée par La Poste. « Le Matin Dimanche » évalue le montant perdu par le géant jaune à au moins 65 millions de francs. La Poste a indiqué lundi que la perte issue de la vente de CarPostal France – qui était présidé par le Jurassien André Burri – à la filiale de la SNCF Keolis se situait à 19 millions. La somme perdue par le géant jaune dans l’aventure serait toutefois beaucoup plus forte, selon « Le Matin Dimanche ». Aux 19 millions de perte, le journal ajoute un abandon de créance de 25 millions de francs entre 2010 et 2012. Il compte également les 7 millions que La Poste a payés pour régler à l'amiable un litige en justice avec trois transporteurs français qui accusaient CarPostal France de concurrence déloyale dans l'Isère. Le journal ajoute encore les 14 millions dus à l'effet négatif de la conversion des monnaies au moment de la vente, soit un total de 65 millions de francs.

La facture réelle pourrait être encore plus élevée, selon « Le Matin Dimanche ». La Poste ne fournit pas tous les chiffres, notamment les investissements réalisés dans CarPostal France et la valeur réelle de la filiale au moment de la vente. Des élus fédéraux cités par « Le Matin Dimanche » se demandent si la Confédération – et donc le contribuable – va devoir payer la facture.

Pour rappel, André Burri a été démis de son poste de président de CarPostal France ainsi que de ses fonctions chez CarPostal Suisse à la mi-septembre 2018. Le Jurassien fait, par ailleurs, l’objet d’une enquête dans le scandale de fraudes aux subventions de CarPostal Suisse. Il occupe aujourd’hui le poste de chef du Service de la cohésion sociale, de la jeunesse et du logement de la ville de Delémont. /ats-fco


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus