Le PSJ à bout touchant pour l’élection partielle au Gouvernement

Le Parti socialiste jurassien devrait se lancer dans la course à la succession de Charles Juillard ...
Le PSJ à bout touchant pour l’élection partielle au Gouvernement

Le Parti socialiste jurassien devrait se lancer dans la course à la succession de Charles Juillard à l’exécutif cantonal. Son souhait est désormais exprimé : reconquérir un deuxième siège. Avec Rosalie Beuret ?

La Bruntrutaine Rosalie Beuret sera-t-elle partante pour être la candidate du PSJ à l'élection partielle au Gouvernement jurassien? Elle se dit encore en réflexion (archive). La Bruntrutaine Rosalie Beuret sera-t-elle partante pour être la candidate du PSJ à l'élection partielle au Gouvernement jurassien? Elle se dit encore en réflexion (archive).

La réflexion prend un coup d’accélérateur au Parti socialiste jurassien. La volonté semble désormais claire dans les rangs du PSJ : la formation de gauche doit participer à l’élection partielle au Gouvernement le 9 février prochain. Elle pourrait donc annoncer un candidat tout prochainement.


Jämes Frein: « Si on y va, c’est pour gagner »

Pour le président du PSJ, Jämes Frein, les socialistes doivent avoir deux sièges au Gouvernement jurassien. La reconquête va ainsi passer par la partielle de février, ou en nouvelle chance en octobre, lors des élections cantonales. Le comité directeur du parti souhaite donc foncer, dès à présent, mais pas tête baissée. « Si on y va, c’est pour gagner. Il faut donc présenter un candidat crédible, capable de l’emporter », dit Jämes Frein, qui fait part de la motivation du PSJ. Et les choses semblent se préciser : le Parti socialiste devrait annoncer ses intentions au début de la semaine prochaine, et le cas échéant, dévoiler le nom de son candidat.


Rosalie Beuret : « Je suis encore en réflexion »

Sans surprise, Rosalie Beuret semble être à ce jour clairement la favorite pour représenter le PSJ à cette élection complémentaire : femme, Ajoulote, députée, conseillère municipale à Porrentruy, et surtout dans le cas présent, Verts et CS-POP-compatible. Rappelons que les trois partis de gauche discutent ensemble au sujet de ce scrutin. Mais encore faut-il que Rosalie Beuret donne son accord, ce qui n’est pour l’heure pas fait. « Je suis encore en réflexion », nous a-t-elle confié. D’autres personnalités apparaissent aussi comme papables : les députés Murielle Macchi-Berdat, Mélanie Brülhart et Raphaël Ciocchi. Loïc Dobler est lui affirmatif : il n’est pas candidat. Comme dit, la situation doit se décanter rapidement et le voile être levé en début de semaine prochaine. Le président Jämes Frein rappelle toutefois que c’est le congrès du PSJ qui aura le dernier mot le 6 décembre prochain. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus