Un entrepreneur pointe la sécurité sanitaire sur les chantiers, Jacques Gerber répond

Les distances sociales pour éviter la contamination au coronavirus sont difficiles à respecter ...
Un entrepreneur pointe la sécurité sanitaire sur les chantiers, Jacques Gerber répond

Les distances sociales pour éviter la contamination au coronavirus sont difficiles à respecter sur le chantier du Théâtre du Jura, le ministre de l’économie et de la santé a ordonné des contrôles mais l’État n’arrête pas l’économie pour le moment

La sécurité sanitaire n'est pas garantie sur le chantier du Théâtre du Jura selon un entrepreneur. La sécurité sanitaire n'est pas garantie sur le chantier du Théâtre du Jura selon un entrepreneur.

De nombreuses voix s'élèvent dans le Jura pour demander l'arrêt de l'économie non essentielle face à la crise sanitaire provoquée par le coronavirus. Syndicats et patronat, politiques, beaucoup demandent notamment la fermeture des chantiers de construction. La sécurité sanitaire et les fameuses distances sociales pour éviter la contagion n'y sont pas toujours garanties, notamment sur le grand chantier du Théâtre du Jura. « Pour coffrer des murs, ils sont souvent deux voire trois personnes toutes proches les unes des autres. On se passe des outils. Pour bétonner des dalles ou des radiers, ils sont entre quatre et six et très proches, en tout cas pas à deux mètres de distance », confie Didier Comte qui dirige une entreprise delémontaine engagée sur le chantier du Théâtre du Jura. « J’ai voulu arrêter parce que notre personnel a peur. Mais je me suis ravisé. C’est triste à dire, mais c’est parce qu’on n’a pas la garantie de toucher la réduction de l’horaire de travail (RHT, le chômage partiel) et certains articles dans les contrats nous disent que l’on doit continuer de travailler », se désole ce chef d’entreprise.

Didier Comte : « Mes collaborateurs ont peur »

Invité à réagir sur ces propos dans le journal de 18h ce jeudi sur RFJ, le ministre de l’économie et de la santé Jacques Gerber a exclu pour l’heure de stopper l’économie ou fermer tous les chantiers sur le territoire cantonal. « L’économie n’a jamais primé sur la santé des travailleurs », s’est-il défendu. « J’ai ordonné des contrôles sévères sur des entreprises et des chantiers. Si les règles ne sont pas respectées, le canton demandera la fermeture. Mais nous n’allons pas décréter, seuls, une fermeture au niveau cantonal. Trois conseillers fédéraux m’ont exhorté d’attendre les décisions fédérales avant que les cantons donnent des messages tous azimuts », a exposé Jacques Gerber. Le ministre de l’économie plaide en revanche pour que les maîtres d’œuvre ne puissent pas exiger des pénalités des entreprises mandatées – « ce serait inacceptable » - dans ces circonstances exceptionnelles. /jpi

Jacques Gerber : « Nous allons faire des contrôles »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus