Vers la fin du projet de géothermie profonde à Haute-Sorne

Le Gouvernement jurassien annonce ce lundi l’ouverture d’une procédure pouvant mener à révoquer ...
Vers la fin du projet de géothermie profonde à Haute-Sorne

Le Gouvernement jurassien annonce ce lundi l’ouverture d’une procédure pouvant mener à révoquer l’arrêté d’approbation du plan spécial

Le ministre de l'Environnement David Eray a présenté la position du Gouvernement lundi après-midi en compagnie du chef de l'Office de l'environnement Patrice Eschmann. Le ministre de l'Environnement David Eray a présenté la position du Gouvernement lundi après-midi en compagnie du chef de l'Office de l'environnement Patrice Eschmann.

Le Gouvernement jurassien ne veut plus du projet de géothermie profonde à Haute-Sorne. Il en a fait état ce lundi au cours d’une conférence de presse. L’exécutif estime que ce dossier porté par Géo-Energie Suisse suscite trop de réactions d'hostilité tant de la population que du monde politique. Ministre de l’Environnement, David Eray précise que « le Gouvernement s’est beaucoup questionné, notamment suite aux séismes de Pohang (en Corée du Sud) et plus récemment en Alsace, près de Strasbourg. L’exécutif n’est plus convaincu par ce projet et ne le défend plus comme cela a été le cas par le passé ».


Vers un contentieux juridique entre l'Etat et Géo-Energie Suisse ?

Il estime que ce revirement ne sera pas facilement accepté par le promoteur. Le Gouvernement jurassien a donc annoncé vouloir retirer l'autorisation délivrée à ce projet. Il va ouvrir une procédure pouvant mener à la révocation de l'arrêté à la base du plan spécial « Projet-pilote de géothermie profonde ». Géo-Energie Suisse devra prendre position sur cette décision. L'affaire pourrait se poursuivre devant la justice. Les autorités cantonales précisent que cette phase « risque d’être longue et compliquée. Il pourrait en résulter des conséquences financières négatives pour l’Etat ».

David Eray : « Le projet initialement prévu n’est pas réalisable en l’état sans prendre un grand risque »

Suite à un tremblement de terre survenue en Corée du Sud en 2017, le Gouvernement jurassien avait gelé la suite des démarches et demandé au Service sismologique suisse (SED) une analyse. Ce rapport, dévoilé lundi, relève que le concept d'évaluation et de gestion des risques validé par les autorités pour le projet de Haute-Sorne s'avère solide. Cependant, plusieurs recommandations d'amélioration y sont formulées, notamment le recours à une imagie sismique 3D initialement non-prévue. Les autorités sont conscientes que l'événement survenu en Corée du Sud ne peut pas être considéré comme un seul motif d'arrêt de ce projet, mais constatent que ces compléments proposés sont de nature à inquiéter au niveau cantonal et local. L'exécutif relève notamment que les technologies de forage ne sont pas encore mûres et a rappelé les nombreux échecs à Bâle, St-Gall, Strasbourg ou encore Pohang en Corée du Sud. La contestation des parlementaires et de l'opinion publique « qui n'adhère plus » a aussi fortement pesé dans la décision du Gouvernement.


Les opposants prennent acte, Géo-Energie Suisse en réflexion

Opposée au projet de géothermie profonde à Haute-Sorne, l’association Citoyens Responsables Jura prend acte de la décision du Gouvernement. Elle va se réunir avant de faire part de sa position. Son chef de fil Jack Aubry sera l’invité, mardi, de notre journal de 12h15. De son côté, le porteur du projet Géo-Energie Suisse dit désormais attendre la décision écrite du Gouvernement jurassien. Il veut l’analyser avant de prendre position sur la suite de la procédure. Une analyse qui risque de prendre un certain temps, selon Peter Meier, le directeur de la société zurichoise. /ats-jpi-msc


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus