« Le premier pic doit être atteint »

Le directeur médical de l’Hôpital du Jura Yannick Mercier jette un regard sur la pandémie de ...
« Le premier pic doit être atteint »

Le directeur médical de l’Hôpital du Jura Yannick Mercier jette un regard sur la pandémie de Covid-19 dans le Jura et sur le dispositif mis en place par son établissement

Yannick Mercier, directeur médical de l'Hôpital du Jura, se montre satisfait de la gestion de la pandémie par son établissement. Yannick Mercier, directeur médical de l'Hôpital du Jura, se montre satisfait de la gestion de la pandémie par son établissement.

La propagation du coronavirus ralentit dans la région. La courbe s’aplanit ces derniers jours. 185 cas confirmés de Covid-19 ont été recensés mardi soir lors du dernier relevé publié par le Canton du Jura. Ce chiffre représente une augmentation de 11 personnes touchées en une semaine. Dans le même temps, les hospitalisations ont baissé. L’Hôpital du Jura traite 23 patients contre 31 mercredi dernier. « Le premier pic doit être atteint », affirme Yannick Mercier. Le directeur médical de l’H-JU a accordé une longue interview à RFJ. « On constate qu’on a une tendance à l’aplanissement de la courbe. On est plutôt satisfait pour l’instant, satisfait de nos autorités et de ce qu’on a pu faire à l’intérieur de l’hôpital », détaille le docteur jurassien.

Pour autant, l’Hôpital du Jura demeure sur ses gardes. « On doit rester vigilant. On va avoir des petites vaguelettes successives. Plus vous déconfinez, plus vous déconfinez vite, plus ces vagues risquent d’être importantes », relève Yannick Mercier. Pour le directeur médical de l’établissement, « le Jura est relativement épargné par la crise de coronavirus par rapport aux cantons latins, mais pas par rapport aux cantons alémaniques ».

Yannick Mercier : « On peut être satisfait d’avoir, pour l’instant, tenu »

L’Hôpital du Jura se projette et étudie déjà un plan de déconfinement. « Pour l’instant, on fait très largement face. On est plutôt en train de se dire qu’on pourrait réduire la place qu’on prend pour les patients Covid-19 », poursuit Yannick Mercier. Le docteur souligne également la bonne forme de ses équipes : « Le personnel tient bien le coup, notamment parce que l’hôpital n’a pas été submergé ». /msc

Le plan de déconfinement et le moral des troupes


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus