Commentaire : « Il y a un temps pour tout »

Dans une question écrite adressée au Conseil communal de Delémont, le PLR s’inquiète de l’état ...
Commentaire : « Il y a un temps pour tout »

Dans une question écrite adressée au Conseil communal de Delémont, le PLR s’inquiète de l’état des finances de la ville avec le passage du coronavirus. Est-ce bien le moment ?

L'état des finances de Delémont face au coronavirus: trop tôt pour y voir clair, mais surtout trop tôt pour en parler (illustration ldd). L'état des finances de Delémont face au coronavirus: trop tôt pour y voir clair, mais surtout trop tôt pour en parler (illustration ldd).

Le Parti libéral-radical de Delémont s’inquiète de l’impact du coronavirus sur les finances communales. Le conseiller de ville Michel Friche a déposé une question écrite mardi soir lors de la séance du législatif. Il souhaite connaître les mesures que l’exécutif entend mettre en place pour amortir les dépenses extraordinaires liées notamment aux aides directes d’urgence. L’élu PLR demande également comment les autorités de Delémont comptent réagir pour éviter que la ville ne sombre dans les chiffres rouges.

Le dépôt de cette question écrite intervient alors que la crise sanitaire est toujours d’actualité. Le moment semble mal choisi. Le commentaire de Raphaël Chalverat :

Aujourd’hui encore, des gens sont malades, voire hospitalisés. Les mesures barrière sont toujours en vigueur. Sur le front d’une économie au ralenti, les demandes d’aide sont en augmentation, y compris à Delémont. Des gens n’arrivent pas à finir le mois. Nombreux sont ceux qui sont au chômage partiel et qui perdent 20% de leur salaire. Il y a aussi ceux qui ont carrément perdu leur emploi. Sans oublier les entreprises et commerces en difficulté, qui sont actuellement à l’arrêt ou qui ne tournent pas à plein régime. Les autorités ne sont pas en mesure d’avoir des données chiffrées précises aujourd’hui, car le moment du bilan n’est pas encore venu. L’heure est donc toujours à la solidarité, à la lutte contre une précarité qui se renforce. Se soucier de l’état des finances est certes un acte politique responsable. Mais il y a un temps pour tout. Le dépôt de cette question écrite – à ce stade – résonne comme un acte dénué de compassion et d’humanité. Puissent nos élus prendre un peu de hauteur et faire preuve de retenue, nécessaire en cette période de crise pénible pour de nombreux citoyens.


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus