Les boîtes de nuit font le nécessaire

Alors que des cas de contamination se multiplient dans les milieux de la nuit, des voix s’élèvent ...
Les boîtes de nuit font le nécessaire

Alors que des cas de contamination se multiplient dans les milieux de la nuit, des voix s’élèvent pour fermer les discothèques

Les fêtards peuvent à nouveau s'en donner à cœur joie au Stageclub. (photo d'archives: Stageclub) Les fêtards peuvent à nouveau s'en donner à cœur joie au Stageclub. (photo d'archives: Stageclub)

Les boîtes de nuit sont-elles trop risquées en cette période de pandémie ? Alors qu’en France, les fêtards devront certainement attendre septembre, les discothèques suisses ont pu rouvrir depuis le 22 juin. On dénombre depuis des cas de contamination à grande échelle. Ces lieux propices aux échanges et à la promiscuité font pourtant le nécessaire pour respecter les règles en vigueur, exemple au Stageclub à Delémont. Son propriétaire, Franco Vinciguerra, a mis en place les mesures imposées par l’Office fédéral de la santé publique. Citons la tenue d’un registre, la limite de 300 personnes, la mise à disposition de gel hydroalcoolique et la prise de température corporelle. Pour s’assurer que les clients donnent leurs coordonnées exactes, la carte d’identité est demandée à l’entrée.

Franco Vinciguerra, du Stageclub

/ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus