Une quarantaine qui n’en est pas vraiment une

Certains employés du domaine de la santé ont été autorisés à travailler, alors qu’ils avaient ...
Une quarantaine qui n’en est pas vraiment une

Certains employés du domaine de la santé ont été autorisés à travailler, alors qu’ils avaient été mis en quarantaine suite à un contact avec une personne atteinte par le coronavirus

Le personnel soignant peut être appelé à travailler même s'il est placé en quarantaine. Il doit toutefois porter un masque pour travailler (image d'illustration). Le personnel soignant peut être appelé à travailler même s'il est placé en quarantaine. Il doit toutefois porter un masque pour travailler (image d'illustration).

Le personnel de la santé peut bénéficier d’une quarantaine adaptée. Récemment, des employés des SAD, les soins à domicile, ont obtenu une dérogation pour sortir de leur quarantaine dans le cadre professionnel. Dans le même temps, ils ont été obligés par les autorités cantonales de rester chez eux dans le cadre privé, après avoir été en contact avec une personne atteinte du coronavirus.


Les SAD, cette nécessité

C’est une recommandation de l’association Swissnoso, le centre national pour la prévention des infections, qui le dit : tout professionnel de la santé peut continuer à travailler lors de situations exceptionnelles même s’il a été placé en quarantaine. Cela vaut pour certains spécialistes ou quand il y a un risque de manque de personnel qui peut mettre en danger la sécurité des patients. C’est ce deuxième cas de figure qui est à prendre en compte dans le cas des soins à domicile. Une équipe des SAD a été placée en quarantaine pour avoir été en contact avec une personne atteinte du virus. Or, pour le médecin cantonal, impossible de se passer de ces professionnels en cette période. Christian Lanz reconnaît toutefois qu’il n’y avait pas de solution idéale dans ce cas étant donné que les SAD sont régulièrement en contact avec des personnes vulnérables. Reste que pour le médecin cantonal les services à domicile représentent un service vital pour certaines personnes, surtout en période estivale. 

Christian Lanz : « Il y a un risque, c’est clair »

Attitude scrupuleuse exigée

Les recommandations Swissnoso soulignent toutefois que le professionnel de la santé ne peut sortir de sa quarantaine que s’il est asymptomatique. Et il doit être très rigoureux en matière d’hygiène. Par ailleurs, il est à relever que le professionnel de la santé qui est concerné ne peut sortir de sa quarantaine que pour le travail. Il doit la respecter scrupuleusement dans sa vie privée. Christian Lanz note encore que cette solution fait office d’exception dans le Jura. /mle


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus