« On n’a jamais relâché la pression »

La piqûre de rappel de l’Office fédéral de la santé publique en lien avec la lutte contre le ...
« On n’a jamais relâché la pression »

La piqûre de rappel de l’Office fédéral de la santé publique en lien avec la lutte contre le coronavirus n’atteint pas directement les autorités jurassiennes

L'hygiéniste du travail Jean Parrat (à gauche) contrôle certains établissements jurassiens (ici à Châtillon au mois de mai). L'hygiéniste du travail Jean Parrat (à gauche) contrôle certains établissements jurassiens (ici à Châtillon au mois de mai).

Le canton du Jura ne se sent pas visé par les remarques de l’Office fédéral de la santé publique. L’OFSP a indiqué dimanche que plusieurs dysfonctionnements ont été constatés dans les cantons en matière de surveillance des mesures sanitaires dans la lutte contre le coronavirus. Cela concerne en particulier les établissements de loisirs et de détente, selon l’OFSP. Contacté lundi par notre rédaction, l’hygiéniste jurassien du travail, Jean Parrat, affirme de son côté que les autorités de notre canton y travaillent d’arrache-pied depuis plusieurs mois. « On n’a jamais relâché la pression », affirme-t-il. Par conséquent, le rappel de l'OFSP ne l'atteint pas directement.


Chiffres à l’appui

Pour se justifier, Jean Parrat évoque certains chiffres : à mi-mai, les hygiénistes ont visité tous les restaurants jurassiens en l’espace de deux semaines. Et l’opération a parfois été réitérée. De plus, les autorités jurassiennes sont les seules dans le pays à exiger l’annonce de manifestations via son site internet, une démarche bien assimilée par la population, selon Jean Parrat. Ce dernier rappelle également que les autorités cantonales ont collaboré avec les discothèques pour développer un outil efficace de traçabilité. L'engagement est donc intense.


Le rôle-clé de la population

L’hygiéniste du travail concède toutefois qu’il a observé un certain relâchement au sein de la population à l’arrivée des vacances estivales. « Certains pensent que le virus est aussi parti en vacances, mais ce n’est pas le cas », ironise Jean Parrat. Si la population jurassienne joue globalement bien le jeu, elle doit continuer d’être attentive, souligne l’hygiéniste jurassien du travail. /mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus