La rentrée scolaire se prépare avec prudence

La rentrée scolaire des élèves jurassiens aura lieu lundi. Si le masque ne sera pas obligatoire ...
La rentrée scolaire se prépare avec prudence

La rentrée scolaire des élèves jurassiens aura lieu lundi, dans un contexte sanitaire particulier. Si le masque ne sera pas obligatoire pour les élèves de l'école obligatoire, le personnel enseignant en sera doté

Le canton prévoit une rentrée en présentiel sous le signe de la sécurité. (Photo : KEYSTONE/Martial Trezzini). Le canton prévoit une rentrée en présentiel sous le signe de la sécurité. (Photo : KEYSTONE/Martial Trezzini).

L’heure de la rentrée scolaire arrive à grand pas. Le Gouvernement jurassien a communiqué ce jeudi ses directives pour lundi. Ce sont 8'099 élèves jurassiens, dont 5'829 à l'école primaire et 2'270 à l'école secondaire qui retrouveront leur classe. Dans le cadre de la pandémie de coronavirus, le défi principal de la reprise sera de respecter les mesures sanitaires lors des cours qui se dérouleront à nouveau en présentiel. Un plan de protection cantonal a été présenté aux directions d’école, qui veilleront à son respect et à son contrôle. Il assurera l’application des règles sanitaires au sein des établissements.

Le ministre de la Formation Martial Courtet était l'invité du Journal de 12h15

Les élèves de l’école obligatoire ne porteront pas de masque, mais ils devront se plier aux règles de conduite et de distanciation. Les enseignants devront, eux, en mettre dans les couloirs, les lieux communs et les situations où la distance de 1,5 mètre ne peut pas être garantie.

Les directions s'assureront du contrôle des mesures, explique le chef du SEN Fred-Henri Schnegg

Pour le postobligatoire, ce sont près de 3'249 jeunes qui reprendront les cours pour l'obtention d'un certificat de maturité, de culture général ou d'un titre professionnel. Dans les divisions du Centre jurassien d'enseignement et de formation, le port du masque sera de rigueur pour tous, car la distance de 1,5 mètre ne pourra pas être respectée.

Des dispositifs de soutien seront également proposés pour les étudiants, avec un coaching et un suivi particulier effectué par les enseignants pour identifier les difficultés et renforcer les connaissances dans les disciplines de base: « Les directions ont identifié ce besoin de soutien pour certains étudiants », explique Jean-Pascal Luthi, le chef du Service de la formation postobligatoire.

Jean-Pascal Luthi se réjouit du retour à l'enseignement présentiel

Plusieurs projets seront développés cette année par le Service d’enseignement. Il s'agit de l’éducation numérique, de l’orientation scolaire et professionnelle (OSP) au secondaire 1, ou encore de la classe Relais. /comm-sab-emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus