Ecole et coronavirus : le médecin cantonal clarifie les règles

Un simple rhume ou une simple toux ne suffisent pas pour refuser l’accès d’un enfant à l’école ...
Ecole et coronavirus : le médecin cantonal clarifie les règles

Un simple rhume ou une simple toux ne suffisent pas pour refuser l’accès d’un enfant à l’école par crainte du coronavirus, faire tester les enfants de moins de 12 ans apparaît également « peu pertinent » selon le Dr Lanz

Un nez qui coule ou une simple toux ne doit pas empêcher un enfant de venir à l'école. (Photo: LDD) Un nez qui coule ou une simple toux ne doit pas empêcher un enfant de venir à l'école. (Photo: LDD)

Mon enfant tousse ou a le nez qui coule, est-ce que je dois l’emmener à l’école ou lui faire subir un test au Covid-19 ? De nombreux parents se sont posé ces questions dernièrement dans un contexte sanitaire toujours délicat. Dans le doute, beaucoup ont sollicité les pédiatres et services de santé des écoles. « Les infirmiers des écoles et les pédiatres ont été vite inondés par des consultations pour des enfants peu symptomatiques, non fébriles, mais qui avaient juste le nez qui coule. De là est venue une demande de clarification », explique le médecin cantonal, Christian Lanz. Un courrier daté du 2 septembre a donc été envoyé aux directions d’écoles et parents d’élèves afin d’apporter les précisions nécessaires.

Dr Lanz : « Un nez qui coule ne suffit pas pour justifier un test »

« Il y a plus d’une semaine, la règle c’était : dès qu’en enfant est un peu malade, il reste à la maison », rappelle Nicolas Gagnebin, directeur de l’école primaire de Delémont qui regroupe près d’un millier d’élèves. Désormais, les directives appellent à distinguer selon les symptômes. Un rhume ? L’enfant peut aller à l’école. Une simple toux ? Feu vert également. Toux + fièvre ? On reste à la maison, la fièvre étant un symptôme déterminant ! « Aujourd’hui, le nez qui coule n’est pas un symptôme qui doit nous alerter sur une suspicion de Covid-19. Ça ne suffit pas pour justifier un test », précise le Dr Christian Lanz. En corollaire à ce principe, on ne peut donc pas refuser votre enfant à l’école ou à la crèche – également concernée par la directive - s’il a un simple rhume.


« On navigue un peu à vue »

L’autre grande question des parents est de savoir s’il faut faire tester leur enfant. S’il est âgé de moins de 12 ans, c’est « peu pertinent » souligne le médecin cantonal, sauf s’il y a eu contact avec un adulte positif au coronavirus ou avec un cas très suspicieux. « Il faut reconnaître que l’on navigue un peu à vue. Mais les pédiatres se sont mis d’accord, en l’état des connaissances actuelles en Suisse, pour désigner les enfants de moins de 12 ans comme pas ou peu porteurs de la maladie », argumente Christian Lanz. Chez les plus de 12 ans, le test peut là s’avérer plus opportun en cas de doutes en fonction des symptômes. Des principes qui, comme cette crise l’a déjà démontré, sont encore susceptibles d’évoluer au fil des semaines et des études sur la maladie. Pour tenter d'acquérir davantages de données scientifiques, les cantons réfléchissent actuellement à désigner des écoles sentinelles qui seraient observées et dont les enfants seraient testés à des fins d'étude. Le médecin cantonal jurassien se dit « favorable » mais cette proposition devrait passer devant les commissions d'éthique car elle touche à l'expérimentation médicale sur des êtres humains. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus