Nouvelle cuisine autour du Covid-19 dès vendredi

Toutes les tablées devront fournir leurs données personnelles dans les restaurants, et tous ...
Nouvelle cuisine autour du Covid-19 dès vendredi

Toutes les tablées devront fournir leurs données personnelles dans les restaurants, tous les clients dans les bars. Les établissements devront, eux, vérifier l'exactitude des noms et numéros de téléphone

Les listes de traçage vont disparaître des bars et restaurants jurassiens dès vendredi. Les listes de traçage vont disparaître des bars et restaurants jurassiens dès vendredi.

Ecrire mon nom sur la liste de présence d'un restaurant; je dois le faire ou je peux m'en passer ? D'un bar à l'autre, selon le serveur et l'heure, les pratiques ne sont pas les mêmes... Dès vendredi, elles deviendront les mêmes partout. 

Que les tables soient espacées de plus d'un mètre cinquante ou non, il faudra donner son identité. Une personne par table devra se dévouer dans les restaurants, et tous les clients des bars qui consomment debout. Les listes en libre-service, qui montraient aux yeux de tous qui avait fréquenté l'établissement les heures précédentes, seront bannies. 

La nouvelle ordonnance du Gouvernement jurassien, rendue publique en fin de semaine dernière, obligera aussi dès vendredi les tenanciers d'établissements publics à fournir des données correctes. Il leur incombera donc de vérifier les noms, en demandant la carte d'identité ou les numéros de téléphone en cas de doute. Pour plusieurs tenanciers de la vieille ville de Delémont, cela va un peu loin. Demander aux clients d'envoyer un SMS pour tenir ces documents à jour prendrait du temps, beaucoup trop de temps. « Si l'on respecte cela, qu'on commence à noter les heures d'arriver et de départ de chaque client, comme demandé, on embauche des serveurs supplémentaires », s'exclame l'une d'eux. La technologie va cependant les aider à obtenir des données exactes. Des pictogrammes type « QR Code » seront proposés dans la plupart des lieux afin de confirmer son identité numériquement.

Maurice Paupe : « Ça va être très dur d'avoir le 100% des données des clients »

Désormais, il ne sera ainsi plus possible de remplir la fiche de présence en signant au nom de Roger Federer ou de Johnny Hallyday. D'après les restaurateurs, la pratique était quotidienne. Les gérants d'établissements publics devront alors user de leurs talents de persuasion pour contraindre tous les clients à collaborer, au risque de ne pas pouvoir leur fournir leurs consommations. Le préposé cantonal à la protection des données Christian Flueckiger nuance : « La crise du Covid-19 a posé beaucoup de question en matière de protection des données, auxquelles on est en train de répondre petit à petit. Tout évolue très vite. Mais ce qui me fait sourire, c'est que tout le monde soit choqué à l'idée de donner son nom au restaurateur... mais avec votre téléphone, vous êtes mille fois plus tracé. Il indique à la moitié de vos applications où vous étiez, avec qui, quand, comment, à quelle heure, etc. » Selon lui, on fait confiance au restaurateur pour l'hygiène, il faudra désormais aussi le faire en matière de données personnelles. 

« Et si la méthode est peut-être un peu stricte, elle permet de se parer davantage contre le risque d'un second semi-confinement et une fermeture des établissements », conclut Maurice Paupe, président de GastroJura. /cka


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus