Traçage électronique : mode d’emploi

La récolte de données via une application, obligatoire depuis ce mercredi dans tous les bars ...
Traçage électronique : mode d’emploi

La récolte de données via une application, obligatoire depuis ce mercredi dans tous les bars et restaurants du Jura et destinée à lutter contre le coronavirus, n’est pas encore systématiquement adoptée

Les smartphones doivent remplacer les feuilles dans les restaurants et bars du canton. Les smartphones doivent remplacer les feuilles dans les restaurants et bars du canton.

Mise en route difficile pour le traçage électronique dans le Jura. Les restaurateurs et tenanciers de bar doivent récolter les données des clients via une application depuis ce mercredi. Une mesure supplémentaire annoncée vendredi dernier pour lutter contre le coronavirus et pas encore systématiquement appliquée.

Marceline Michon s'est rendue dans plusieurs restaurants ce mercredi pendant le service de midi.

Mode d'emploi

Cette nouvelle technique de traçage implique des obligations pour les clients et les restaurateurs qui se posent encore de nombreuses questions au premier jour de l’entrée en vigueur de la mesure. Mode d’emploi du traçage électronique ci-dessous.

Vous prévoyez peut-être un repas dans un restaurant jurassien prochainement. Pensez alors à télécharger l’application « Eat’s me » sur votre smartphone. Vous devrez renseigner nom, prénom, numéro de téléphone et commune de domicile et recevrez instantanément un QR code valable indéfiniment. Le restaurateur, lui, utilise l’application « Eat’s you ». Il doit scanner votre QR code à l’entrée et à la sortie de l’établissement. Il est ainsi renseigné sur votre heure d’arrivée et de départ. Les données sont conservées par le restaurateur pendant 14 jours. Et si votre grand-mère vous accompagne au restaurant et qu’elle n’a pas de smartphone ? Vous pouvez générer un code à son nom sur votre application ou imprimer ce code qu’elle conservera en version papier. Le restaurateur peut également créer un QR code pour sa cliente.

L’inspection du travail cantonale et la police jurassienne qui effectuent les contrôles dans les établissements ont fait de la prévention ces derniers jours. L’inspection du travail peut désormais exiger une liste électronique des clients d’un établissement dans les deux heures après la demande. En cas de manquement, un avertissement est envoyé et implique une mise à niveau rapide. Sans cela, la fermeture est exigée, déclare Jean Parrat, hygiéniste du travail. Le client peut lui aussi être sanctionné. Il doit valider son numéro de téléphone sur « Eat’s me » via réception d’un sms. En revanche, nom prénom et commune ne sont pas vérifiés par l’application. En cas de fraude, le client commet une violation de la Loi sur les épidémies et s’expose à une dénonciation au Ministère public, précise Jean Parrat.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus