Pas la foule dans les salles d’attente des généralistes

La peur de sortir de sa consultation contaminé par le virus est présente chez les Jurassiens ...
Pas la foule dans les salles d’attente des généralistes

La peur de sortir de sa consultation contaminé par le virus est présente chez les Jurassiens, qui hésitent à appeler leur généraliste s’ils attrapent un rhume ou une angine. Ils minimisent alors parfois les risques qu’ils encourent

Cette année 2020 est généralement plus calme pour les généralistes jurassiens. (Photo : archives). Cette année 2020 est généralement plus calme pour les généralistes jurassiens. (Photo : archives).

L’automne est là, avec son lot de maladies saisonnières… Mais les salles d’attente des généralistes ne sont pas aussi remplies que d’habitude. « Les gens hésitent à appeler. C’était déjà le cas lors de la première vague. Cette anxiété ne s’est pas réellement tassée depuis. Et maintenant, avec la deuxième vague, elle semble encore plus forte », constate Carlos Muños, membre du comité de l’association cantonale des médecins de famille et de l’enfance. Il conseille de ne pas hésiter à contacter son médecin en cas des maux qui les fait habituellement réagir. Pour les personnes qui représentent des symptômes du Covid-19, ils doivent appeler la hotline pour se faire tester. « Certains tentent de nous appeler, mais il faut persévérer auprès de la ligne, très occupée parfois », dit-il, encourageant tout de même à contacter son médecin en cas de grands maux liés à ce virus. « Par téléphone ou sur place (avec des mesures très strictes), nous accueillons des patients touchés par le Coronavirus. En plus de l’aspect santé, c’est aussi la discussion autour de cette maladie qui est importante », dit-il. 

Voyant les hôpitaux jurassiens proches de la saturation et les cabinets des généralistes moins fréquentés que les autres années, Carlos Muños aimerait davantage miser sur la collaboration. Cette opération serait intéressante selon lui. Il regrette un peu que cette deuxième vague n’ait pas été davantage anticipée concrètement, au niveau organisationnel. Les généralistes avaient déjà proposé leur aide aux hôpitaux jurassiens lors de la première vague, mais n’avaient pas été appelés. Ils avaient par contre fait fonctionner les centres régionaux de consultation mis en place dans le cadre des contaminations au Covid-19 lors de la première vague. Les médecins de famille réitèrent leur proposition, termine le généraliste installé à Porrentruy, et espèrent pouvoir être utiles pour épauler les hôpitaux. /cka


Actualisé le

 

Actualités suivantes