Frustration dans les salles

La perspective d'une interdiction des activités culturelles jusqu'au 20 janvier est très mal ...
Frustration dans les salles

La perspective d'une interdiction des activités culturelles jusqu'au 20 janvier est très mal accueillie dans un domaine déjà chahuté. Réaction dans les salles de cinémas

Des salles vides et une frustration qui ne fait qu'augmenter. (Image d'illustration) Des salles vides et une frustration qui ne fait qu'augmenter. (Image d'illustration)

La perspective d’une interdiction de toute activité culturelle jusqu’au 20 janvier provoque une importante onde de choc. Les cinémas devaient rouvrir ces prochains jours dans les cantons romands, sous réserve de conditions strictes. L’annonce du Conseil fédéral ravive de violentes craintes et surtout une énorme frustration. Edna Epelbaum, directrice de Cinepel, Cinevital, Cinemont et Quinnie, possède une trentaine d’écrans dans l’Arc jurassien et à Berne. Elle craint une décision qui pourrait être « fatale » et qui obligerait cantons et Confédération à augmenter de manière conséquente leur soutien financier aux acteurs touchés :

Selon Edna Epelbaum, la Romandie a rempli son contrat ces derniers mois en appliquant toutes les mesures nécessaires, contrairement à la Suisse alémanique. La directrice a toujours affirmé son entière ouverture à des mesures adaptées. Elle souligne que les cinémas ont joué le jeu, ce qui augmente l'incompréhension face à cette éventuelle prolongation de fermeture. /oza


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus