Au Marché Montcroix, l'art de la chine

Le magasin Caritas de Delémont accueille tous les jours des amateurs de bonnes affaires et ...
Au Marché Montcroix, l'art de la chine

Le magasin Caritas de Delémont accueille tous les jours des amateurs de bonnes affaires et des collectionneurs. Les clients sont encore plus nombreux à l'approche de Noël pour dénicher des trésors

Au Marché Montcroix, les bénévoles et employés côtoient tout type de clients : des collectionneurs, des fans de fripe, des personnes qui ont peu de moyens, ou encore des curieux. (Illustration : Caroline Toussaint). Au Marché Montcroix, les bénévoles et employés côtoient tout type de clients : des collectionneurs, des fans de fripe, des personnes qui ont peu de moyens, ou encore des curieux. (Illustration : Caroline Toussaint).

Le Marché Montcroix de Caritas ne désemplit pas, en cette période de l'Avent. Que ce soit pour trouver un cadeau de Noël de dernière minute, pour dénicher un caquelon d'occasion ou pour fouiller dans les étagères à vinyles,  il y a du monde à tous les étages. Le magasin de Caritas est un peu comme une grande maison, un peu biscornue, un peu désordonnée... mais comme dans toute grande maison qui se respecte, on y trouve des trésors. « C’est une belle fin d’année », se réjouit Marc Wattenhofer, maître socioprofessionnel au Marché Montcroix. « Ca fait du bien de revoir du monde, après une période difficile. On a dû fermer le magasin en début d’année, mais maintenant, on retombe sur nos pattes. »


Des cadeaux pour soi

La période de Noël rameute probablement du monde qui cherche des cadeaux de dernière minute à poser sous le sapin. Mais ça va plus loin que ça, selon Marc Wattenhofer : « Il y a une grande diversité d’articles, dont des vêtements. On a rapatrié les habits qui étaient dans le magasin du pont de la Maltière auparavant et on remarque qu’on a pas mal de clients fans de fripe. Et puis, c’est une année particulière… beaucoup de gens se sont questionnés sur leur manière de consommer, on parle beaucoup d’économie circulaire… La seconde main est devenue tendance. » A cela s'ajoute la renommée de Caritas, qui est connu depuis un moment dans la région pour récupérer et recycler des articles dont certains se débarassent. Et certains de ces articles sont quelques fois de vraies pépites. Isabelle vient régulièrement faire son shopping au Marché Montcroix. Architecte d'intérieur, elle aime chiner et se laisser séduire par un vieux vase ou un lot de chaises de collection, quand l'occasion se présente. 


Un lieu d'échange

Le Marché Montcroix, c'est un peu l'île au trésor : il faut fouiller pour trouver son bonheur, et l'on repart parfois bredouille. Mais pour Roman, civiliste depuis le mois d'août au magasin, l'achat n'est pas la seule motivation des clients : « Les gens cherchent du contact, et ici, c’est un peu comme un lieu de rencontre entre habitués. On voit parfois des liens qui se créent.» Roman dit apprécier le fait de pouvoir côtoyer, parmi ses collègues, des personnes de tout horizon. En effet, le magasin de Caritas est aussi un lieu qui oeuvre à la réinsertion professionnelle des personnes en difficulté en matière d'emploi. Nicolas, un autre employé, confie affectionner le contact avec la clientèle : « Je me souviens d’un monsieur qui est revenu tous les jours de la semaine. Il ramenait ce qu’il avait acheté la veille, parce qu’il n’était pas sûr de son choix. Alors on l’a conseillé, on l’a aidé. Ca nous a fait rire : ce genre d’expériences, on ne le vit pas dans un autre magasin. » Les employés et bénévoles sont unanimes :  plus que les beaux ou vieux objets, ce sont les rencontres qui relèvent du véritable trésor, au Marché Montcroix. /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus