Le coup de pompe des stations-service

Fermeture tous les soirs dès 19 heures ainsi que le dimanche. La mesure est brutale pour les ...
Le coup de pompe des stations-service

Fermeture tous les soirs dès 19 heures ainsi que le dimanche. La mesure est brutale pour les commerçants qui étaient ouverts durant ces plages horaires. A l’exception des pharmacies et boulangeries, tous doivent suivre la consigne

Si certaines stations-service étaient ouvertes pendant les fériés, elles ne pouvaient vendre que de l'essence. Ce régime draconien se poursuit actuellement en soirée et le dimanche. (Photo : ldd) Si certaines stations-service étaient ouvertes pendant les fériés, elles ne pouvaient vendre que de l'essence. Ce régime draconien se poursuit actuellement en soirée et le dimanche. (Photo : ldd)

Six jours la porte close durant les fériés de Noël et de Nouvel-an. L’effet était rude pour les commerçants ouverts habituellement à cette période-clé. Normalement, les oublis sur la liste de courses et les cadeaux de dernière minute remplissent bien les caisses et compensent des moments de l'année plus creux pour les gérants de magasins de stations-service. Charlène Ryser, qui s’occupe du Relais des Franches, au Noirmont, estime sa perte à 30 à 40% ces dernières semaines.

« C’est trois heures de travail tous les soirs, qu’on perd, en plus du dimanche » , Charlène Ryser

Le coup est accusé. Maintenant il faut regarder en avant, selon la commerçante. Mais les règles restent strictes jusqu’à nouvel ordre : tout magasin doit être clôt dès 19 heures tous les soirs, ainsi que le dimanche toute la journée. Une exception n’est accordée qu’aux pharmacies et boulangeries. Le Conseil fédéral devrait détailler les délais de la mesure prochainement.

« Ça touche quand même une grande partie de la population commerçante » , Charlène Ryser

Charlène Ryser dénonce des inégalités. « C’est une situation à deux régimes, affirme-t-elle. D’un côté il y a les grandes enseignes qui peuvent ouvrir le samedi dans des centres commerciaux blindés de monde. Et nous, on a un régime différent. On doit mettre une partie de notre entreprise en RHT », dit-elle, précisant qu'aucune aide ne lui sera versée dans le cadre des pertes occasionnées par les fermetures, les loyers ou les charges sociales. « Pourtant, le nombre de personnes est strictement limité dans les petits commerces « du dimanche », en lien avec les restrictions... On respecte scupuleusement les restrictions, strictes. Pour nous ce sont ces différences de traitement qui sont incompréhensibles avec ces mesures covid », termine-t-elle.  /cka


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus