Expliquer pour vacciner

Alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 bat son plein, le personnel des institutions ...
Expliquer pour vacciner

Alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 bat son plein, le personnel des institutions sociales du canton y a aussi accès de manière anticipée

Un peu moins de la moitié des collaborateurs du Foyer les Fontenattes recevront jeudi la première dose du vaccin contre le coronavirus. (Photo : KEYSTONE/Martial Trezzini). Un peu moins de la moitié des collaborateurs du Foyer les Fontenattes recevront jeudi la première dose du vaccin contre le coronavirus. (Photo : KEYSTONE/Martial Trezzini).

Les institutions sociales bénéficient aussi d’une vaccination anticipée contre le Covid. Jeudi, par exemple, les résidents et les collaborateurs du Foyer les Fontenattes à Boncourt pourront recevoir l’injection. L’institution qui prend en charge les personnes en situation de handicap mental sévère verra ainsi 43% de son personnel se faire vacciner. Le personnel travaillant dans le social semble plus difficile à convaincre. Il y a quelques semaines encore, 80% des 122 collaborateurs du Foyer étaient opposés à la vaccination. Pourtant, le personnel travaille dans un milieu sensible. Il a donc fallu expliquer et surtout démêler le vrai du faux.

Le directeur de l’institution, Jean-François Deschamps

Jeudi, 43% des collaborateurs se feront donc vacciner. Parmi eux, nous avons rencontré une éducatrice qui était d’abord réticente. Si elle a accepté, c’est surtout pour participer à l’effort collectif afin d’éradiquer le coronavirus. Les informations transmises par l’institution l’ont d’ailleurs beaucoup rassurée.

Une éducatrice d'abord réticente

Parmi la moitié des collaborateurs qui ne souhaitent pas se faire vacciner, certains attendront quelques semaines. D’autres s’y refusent totalement. C’est le cas de Kaushal Mahon. Selon l’éducateur, on manque de recul quant à ces vaccins. De plus, le protocole mis en place au Foyer les Fontenattes semble porter ses fruits puisqu’une seule contamination, après un séjour en famille d’un résident, est survenue dans l’institution.

Kaushal Mahon, éducateur

Malgré la campagne de vaccination, les gestes barrières seront toujours mis en œuvre au sein de l’institution dédiée aux personnes en situation de handicap mental. Le directeur précise qu’aucune distinction ne sera appliquée entre celles et ceux qui ont choisi ou non de se faire vacciner. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus