Le taux de chômage en hausse dans le Jura

Le canton du Jura a dénombré 52 chômeurs supplémentaires en janvier. Le taux s’est établi à ...
Le taux de chômage en hausse dans le Jura

Le canton du Jura a dénombré 52 chômeurs supplémentaires en janvier. Le taux s’est établi à 5,7%

Le taux de chômage atteint 5,7% en janvier dans le Jura. (Photo : archives). Le taux de chômage atteint 5,7% en janvier dans le Jura. (Photo : archives).

Le chômage continue de grimper dans le Jura. Il a atteint 5,7% en janvier, soit une hausse de 0,1 point par rapport au mois de décembre. Selon les chiffres transmis ce lundi par le Service de l’économie et de l’emploi (SECO), le canton compte 52 chômeurs de plus qu’en décembre. Au total, 2'779 demandeurs d’emploi étaient inscrits auprès de l’Office régionale de placement dans le Jura le 31 janvier dernier. Il s’agit de 2'080 chômeurs et 699 demandeurs d’emploi non chômeurs. Le taux de chômage s’est établi à 6,1% dans le district de Delémont, 5,7% dans celui de Porrentruy et 4,4% aux Franches-Montagnes.

Au niveau national, le taux de chômage a augmenté de 0,2 point. Il s’est établi à 3,7% en janvier.

Le SECO indique, par ailleurs, qu’environ 760 entreprises sont actuellement autorisées à recourir au chômage partiel si nécessaire. Au total, près de 8'600 travailleurs potentiellement en horaire réduit y sont employés, ce qui représente environ 20% des travailleurs. Un nombre qui s’est accru en raison des mesures décidées en janvier par le Conseil fédéral, précise le communiqué. Ce taux est élevé en comparaison intercantonale mais ce n’est pas forcément un mauvais signe, selon le Service de l’économie. Ces chiffres montrent que les entreprises mettent tout en œuvre pour préserver l’emploi.

L’activité continue dans le Jura et la Chambre de Commerce et d’Industrie indique avoir des échos encourageants. L’horlogerie connaît un rebond grâce au marché asiatique et les carnets de commandes s’étoffent dans le secteur des machines. La situation est toutefois hétérogène dans l’industrie : le niveau d’activité des sous-traitants est moins important que celui des grandes firmes. /comm-nmy


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus