« Quand ça nous arrive dessus, ça fait mal »

Il y a un an jour pour jour, le premier cas de coronavirus était détecté dans le Jura. Le chef ...
« Quand ça nous arrive dessus, ça fait mal »

Il y a un an jour pour jour, le premier cas de coronavirus était détecté dans le Jura. Le chef du service de la santé publique du canton du Jura Nicolas Pétremand revient sur les débuts de la crise et son évolution

Un an de Covid avec le chef du Service jurassien de la santé publique. (Photo d'archive) Un an de Covid avec le chef du Service jurassien de la santé publique. (Photo d'archive)

La première vague du coronavirus a débuté dans le Jura il y a un an jour pour jour. C’est en effet le 3 mars 2020 que le premier cas officiel y a été décelé alors que le canton compte aujourd’hui plus de 5'600 cas cumulés. Invité du journal de 12h15, Nicolas Pétremand, chef du service de la santé publique du canton du Jura, est revenu sur ces premiers jours de crise et son évolution jusqu’à présent. Lorsque le premier cas est détecté, on se dit « qu’est-ce qui se passe, qu’est-ce qui nous arrive ? On prenait ça au sérieux déjà avant, quand on a vu ce qui se passait au Tessin. On essayait donc de se préparer. Mais vous avez beau connaître la théorie sur les épidémies, quand ça vous tombe dessus, ça fait mal », raconte Nicolas Pétremand.

Entretien avec Nicolas Pétremand :

« Ce qu’on a loupé, c’est la communication positive »

La crise a ensuite été un apprentissage. Avec des points plutôt bien gérés selon le chef de la santé publique, telles que « les mesures d’anticipation prises très tôt par le Gouvernement jurassien, et les mesures d’accompagnement ». À l’inverse, il regrette une communication pas suffisamment positive. « C’est ce que l’on a peut-être loupé. On s’est beaucoup soucié de protéger en disant : lavez-vous les mains, portez un masque, ne sortez pas, que des choses négatives. Et on n’a eu peu de souci pour l’envie, retrouver les liens sociaux, s’occuper de notre jeunesse », constate Nicolas Pétremand. Il espère surtout, et c’est un euphémisme, que nous serons dans une bien meilleure situation dans un an. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus