Un bar coopératif pour le Théâtre du Jura

Au lieu d'un patron, c'est tout un groupe de personnes qui prendront en charge le lieu de restauration ...
Un bar coopératif pour le Théâtre du Jura

Au lieu d'un patron, c'est tout un groupe de personnes qui prendront en charge le lieu de restauration de l'institution. L'objectif est que chacun sème sa petite graine de culture et d'idées

Le Théâtre du Jura et son bar, géré par une coopérative, devraient ouvrir leurs portes en octobre. (illustration/archive). Le Théâtre du Jura et son bar, géré par une coopérative, devraient ouvrir leurs portes en octobre. (illustration/archive).

La coopérative la Guinguette a été choisie pour prendre le bail du Théâtre du Jura, à Delémont. Fondée en mars et présidée par le Jurassien expatrié dans le canton de Vaud Lionel Frésard, c'est elle qui choisira le gérant du bar et sèmera ses idées de la décoration aux plats. Chaque détenteur d'une part social de la coopérative pourra proposer ses idées pour que la culture s'y déploie sous toutes ses formes.  

Camille Rebetez : « L'idée est de fédérer tous les gens qui ont envie de faire cette expérience théâtrale »

Plusieurs dizaines de personnes sont déjà intéressées à rejoindre la structure, se réjouit Camille Rebetez, responsable de la médiation culturelle du Théâtre du Jura. Selon lui, les avantages d'un tel système sont nombreux. D'un point de vue économique, s'il y a une centaine de personnes qui jouent le jeu, elles fréquenteront certainement l'endroit et cela lui permettra de se faire une base de clientèle et lui donnera une base économique stable.

Lionel Frésard : « Je n'avais pas envie qu'on reproduise ce qui se passe dans d'autres bars de théâtres »

Le comédien et ancien tenancier de bar Lionel Frésard sentait un besoin profond de s'impliquer dans le Théâtre du Jura, il est devenu le président de la Guinguette. (Photo : Jean-Patrick de Silvestro) Le comédien et ancien tenancier de bar Lionel Frésard sentait un besoin profond de s'impliquer dans le Théâtre du Jura, il est devenu le président de la Guinguette. (Photo : Jean-Patrick de Silvestro)

Surtout, l'objectif est de créer une émulation collective. Camille Rebetez imagine chaque membre amener sa culture et ses idées pour créer des soirées à thème, des animations, donner une touche personnelle à la décoration du lieu ou organiser des dégustations et conférences. C'est ce qu'il appelle la « scène OFF » du théâtre.

Des démonstrations de breakdance aux dégustations de bière locale, ce système ouvre des possibilités à l'infini selon Camille Rebetez :

La première assemblée générale de la Guinguette aura lieu le 11 mai. Dès cette date et jusqu'à l'ouverture du théâtre en octobre, il restera à peu près tout à faire pour l'organisation du bar. « Ce sera une énergie folle à mettre dans ce projet, s'exclame Lionel Frésard, qui avant d'être comédien avait tenu un bar à Saignelégier. Je trouve qu'il y a quelque chose de fou là-dedans. On ne sait pas où on va, mais on y va plein de coeur, plein d'envies, plein d'allant, plein d'enthousiasme, et surtout on y va ensemble », conclut le président de la coopérative. /cka

Le plan du futur bar de l'institution culturelle jurassienne. (Photo : GXM architectes Sàrl) Le plan du futur bar de l'institution culturelle jurassienne. (Photo : GXM architectes Sàrl)


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus