Une quarantaine qui pèsera sur le porte-monnaie du personnel non-vacciné de l’H-JU

L’Hôpital du Jura a communiqué que ses employés non-vaccinés percevront 80% de leur salaire ...
Une quarantaine qui pèsera sur le porte-monnaie du personnel non-vacciné de l’H-JU

L’Hôpital du Jura a communiqué que ses employés non-vaccinés percevront 80% de leur salaire lors d’une éventuelle quarantaine. Ce taux correspond au remboursement octroyé par l’assurance perte de gain

L'Hôpital du Jura prend une mesure qui impacter les employés non-vaccinés de l'institution. L'Hôpital du Jura prend une mesure qui impacter les employés non-vaccinés de l'institution.

Les employés de l’Hôpital du Jura qui ne sont pas vaccinés contre le Covid-19 pourraient être pénalisés à l’avenir. Dès le mois de septembre, les employés de l’H-JU qui seront mis en quarantaine ne seront payés qu’à 80% pendant leur période d’isolement si ils ne sont pas vaccinés, contre 100% actuellement. Ce taux de 80% correspondant au remboursement de l’assurance perte de gain. L’H-JU a donc communiqué à ses employés qu’il ne compensera plus la différence pour les personnes qui n’ont pas été vaccinées.


Deux raisons majeures

L’Hôpital du Jura évoque deux raisons majeures qui l’ont poussé à prendre cette décision. D’une part, la direction de l’institution souhaite augmenter la couverture vaccinale de son personnel qui se situe aujourd’hui à peine au-dessus de 50%, selon Jocelyn Saucy, directeur des ressources humaines. D’autre part, l’H-JU souhaite également préserver ses employés vaccinés qui sont au four et au moulin lorsque leurs collègues sont en quarantaine. Jocelyn Saucy indique que beaucoup d’efforts ont été fournis jusqu’ici pour tenter de convaincre le personnel de l’Hôpital du Jura. L’institution souligne, par ailleurs, qu’elle aurait pu songer à une mesure qui récompenserait les employés vaccinés. Mais le directeur des RH assure qu’il faudrait des moyens pour y parvenir et que « trouver des moyens aujourd’hui, c’est très compliqué ».

Jocelyn Saucy : « Pas de volonté de punir, mais plutôt d’inciter »

« Un ras-le-bol généralisé »

Le syndicat Syna a pris acte de cette décision qualifiée de « légale », mais peine à la comprendre : « Ce qu’on regrette énormément, c’est qu’on préfère pointer du doigt les personnes qui ne se vaccinent pas plutôt que d’inciter les personnes à se vacciner », souligne Loic Dobler, secrétaire syndical à Syna. Le citoyen de Glovelier estime qu’il aurait certainement été plus judicieux d’accorder quelque chose de supplémentaire aux personnes vaccinées plutôt que de pénaliser celles qui ne le sont pas. Selon Loic Dobler, « la manière est inappropriée » et il n’est pas sûr que cela apporte l’effet escompté. De plus, après de nombreux mois sous la pression de la crise sanitaire, le secrétaire syndical constate « un ras-le-bol généralisé » parmi le personnel soignant, un ras-le-bol qui ne sera qu’accentué par cette mesure, selon lui. D’ailleurs, le syndicat Syna prévoit de rencontrer la direction de l’Hôpital du Jura pour évoquer cette décision et revenir également sur d’autres dossiers. /mle

Loic Dobler : « C’est vraiment questionnant »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus