Le certificat Covid divise les restaurateurs

Le pass sanitaire ne fait pas l’unanimité chez les patrons de restaurants. Si certains ont ...
Le certificat Covid divise les restaurateurs

Le pass sanitaire ne fait pas l’unanimité chez les patrons de restaurants. Si certains ont du mal à avaler la décision de la Confédération, d’autres s’en accommodent et espèrent retrouver une certaine normalité

Certaines salles resteront vides tandis que d'autres se rempliront comme avant la pandémie. (Photo : archives) Certaines salles resteront vides tandis que d'autres se rempliront comme avant la pandémie. (Photo : archives)

Le certificat Covid n’a pas la même saveur pour tous les restaurateurs. L’extension du pass sanitaire annoncée mercredi par le Conseil fédéral a fait grincer quelques dents dans le milieu de la restauration. GastroSuisse et GastroJura ont déploré la décision de la Confédération. Selon la faîtière, le secteur va perdre des clients et à nouveau connaître des pertes financières importantes. Gérante de l’établissement « Aux Couleurs du Terroir » à Montfaucon, Lina Dubied ne servira ses clients que sur la terrasse et uniquement à midi, tant que la météo le permettra. Elle envisage ensuite de fermer son établissement et de n’accueillir éventuellement que des groupes sur réservation.

Lina Dubied : « Prendre cette décision pour ne pas avoir à trier mes clients »

Lina Dubied a décidé de licencier son personnel et elle espère le retrouver lors de la réouverture de son restaurant, lorsque le pass sanitaire ne sera plus de rigueur, même si elle reconnaît qu’entretemps, elle peut perdre « une super équipe ».


Vers une St-Martin au parfum de normalité

Le son de cloche est différent du côté du Cheval blanc à Chevenez et de son gérant. Cédric Saner n’est pas surpris par l’extension du certificat Covid dans les restaurants et il accueille la nouvelle de manière positive. Selon lui, l’arrivée du pass sanitaire permettra de lever les restrictions à l’intérieur des établissements et de retrouver une ambiance qui ressemble à celle d’avant la pandémie. Si la faîtière craint une diminution de la fréquentation, ce n’est pas le cas du restaurateur de Chevenez.

Cédric Saner : « Ma clientèle a déjà pris ses dispositions depuis longtemps »

Et à l’approche de la St-Martin, le retour à une certaine normalité tombe à pic. Pour les festivités du mois de novembre, Cédric Saner compte déjà un nombre important de réservations. /nmy


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus